Chloé Saf­fy et Emma Cava­lier, Invi­ta­tion au Manoir

Parfois, on a la chance de voir une œuvre littéraire bouleverser un genre dont on croyait les données fermement établies une fois pour toutes. Et tout d'un coup, on assiste à l'ouverture de nouveaux horizons, à l'émergence d'un nouveau ton, porteur d'une sensibilité renouvelée. Cela s'est produit il y a deux ans, dans le monde très clos du roman sado-masochiste, avec la parution du Manoir, d'Emma Cavalier.

Deux ans plus tôt encore, en mai 2009, une autre jeune auteure, Chloé Saffy, initialement publiée sous le pseudonyme Dahlia, a rejoint le programme m@nuscrits des Éditions Léo Scheer, étape qui s'est soldée par la publication de son premier roman, Adore.

Deux jeunes femmes donc qui débarquent, à très peu de distance, dans un milieu littéraire dont les portes sont plus souvent hermétiquement fermées que grandes ouvertes et dont chacune apporte des nuances propres à remettre en question les usages devenus, littérairement parlant, quelque peu stériles. On serait tenté de voir dans leur rapprochement une nécessité inéluctable, orchestrée par la Muse de ces contrées obscures elle-même1.

On ne peut donc pas dire que j'ai été étonné par l'annonce de leur collaboration dans le cadre d'une nouvelle venue enrichir,  le 21 octobre, le catalogue déjà bien fourni des Éditions Dominique Leroy, Invitation au Manoir, titre qui annonce en même temps un choix peut-être moins évident mais à coup sûr pas moins heureux, celui de rapprocher leurs univers romanesques en orchestrant une rencontre de leurs personnages respectifs.

Si Madame Saffy a contribué Verlaine, l'écrivain blasé et insupportable d'Adore ainsi que sa compagne Anabel, amante à la fraîcheur et à l'insolence d'autant plus remarquables que le milieu où elle évolue est étouffé par la poussière, c'est à Madame Cavalier qu'on doit non seulement ses personnages principaux, à savoir Julien Andringer, son mentor Pierre et leur soumise, Pauline, mais aussi et surtout le lieu du rendez-vous destiné à accueillir une séance remarquable, le Manoir centenaire des Andringer.

Verlaine et Anabel pénètrent donc dans les lieux qui ont vu l'initiation et l'épanouissement de Pauline, et le lecteur qui se souvient du caractère peu enclin à la souplesse des deux maîtres de céans ne peut que trépider de joie à la perspective de leur rencontre avec la pétillante Anabel. Celle-ci deviendra très vite le centre de toutes les attentions et son domptage sera l'occasion, pour Pauline, d'un changement de rôle aussi alléchant que passager, invention délicieuse de Mesdames Saffy et Cavalier qui feront passer Anabel entre toutes les mains, lui réservant un épanouissement des plus indécents.

Ce qui étonne dans cette collaboration, c'est moins leur parfaite réussite que le fait qu'elle reste pratiquement invisible. On aurait pu imaginer des parties bien distinctes, des points de vue qui changent suivant la main en train de manier la plume. Et bien non, le résultat est d'une étonnante unité de ton, et on se demande comment deux écrivaines aussi jeunes ont pu y parvenir sans que le résultat laisse paraître les traces ou plutôt les cicatrices du limage nécessaire (oui, pun intended !).

Si le sort réservé à Anabel fera sans aucun doute l'unanimité des opinions, on doit pourtant constater une grande absence - celle du Manoir. Cet endroit éponyme du roman, qui y a exercé une domination très particulière sur le lecteur au point de devenir le point de ralliement de l'intrigue et des personnages, se retrouve pratiquement écarté de la nouvelle à laquelle il est pourtant censé servir de cadre. Curieusement étranger / extérieur à la rencontre des personnages, le lieu reste, malgré le titre, comme anonyme, interchangeable, quelconque. Mais ceci est bien la seule réserve que je suis en mesure de formuler après une lecture des plus bandantes - sauf celle peut-être que la petite vingtaine de pages que nous ont servies les deux commères sous la houlette des Éditions Dominique Leroy appelle impérativement un plat de résistance bien autrement plus copieux. En attendant donc le prochain service, le lecteur peut profiter de la toute récente disponibilité numérique des deux titres aux sources de la nouvelle, Le Manoir aux Éditions Blanche et Adore aux Éditions Dominique Leroy.

 _______________

  1. Comment ne pas penser à Algernon Charles Swinburne et à sa Dolores, Notre-Dame incarnée de la peine, et plus particulièrement à ce passage qu'il suffit de mettre au féminin pour y trouver comme une inspiration souterraine de la nouvelle :

    Thou shalt bind his bright eyes though he wrestle,
    Thou shalt chain his light limbs though he strive;
    In his lips all thy serpents shall nestle,
    In his hands all thy cruelties thrive.
    In the daytime thy voice shall go through him,
    In his dreams he shall feel thee and ache;
    Thou shalt kindle by night and subdue him
    Asleep and awake. []

Invitation au Manoir Couverture du livre Invitation au Manoir
Emma Cavalier, Chloé Saffy,
Fiction
Editions Dominique Leroy
20 October 2013
Fichier numérique
36

« — Cette fille est insupportable, je ne sais même pas ce qu’il espère en tirer en séance. — Tu es vraiment une indécrottable petite orgueilleuse, et jalouse qui plus est. Je te le ferai payer tout à l’heure. Elle frémit et se recroquevilla à ses pieds, frappée par un frisson de terreur. Elle était pourtant loin d’imaginer ce qu’il avait l’intention de lui imposer.» Lorsque Pauline et Julien (personnages du Manoir d'Emma Cavalier) reçoivent, en compagnie de Pierre, le mentor de Julien, les personnages d'Adore (roman de Chloé Saffy) Anabel et Verlaine, ce sont deux univers romanesques qui se côtoient. Les personnages se jaugent, s'apprécient, se jalousent... Invitation au Manoir peut figurer comme un chapitre inédit des deux romans précités et les lecteurs de l'un ou l'autre titre, et a fortiori des deux, retrouveront avec plaisir personnages et lieu, ainsi que l'érotisme des scènes de domination, servi par l'écriture riche et séduisante de ces deux auteures. Les lecteurs qui ne connaissent pas encore Le Manoir et Adore trouveront quant à eux l'occasion d'une découverte... Collection e-ros D/s, des récits de domination et de soumission. Des auteurs novices ou plus confirmés, tous amateurs d’érotisme, se donnent rendez-vous dans cette collection dynamique : des textes inédits adaptés à des lectures d’aujourd’hui, à parcourir avec délectation sur l'écran des ordinateurs, smartphones, tablettes et autres liseuses. Nouvelle numérique, 38 pages, couverture en couleurs par Jahyra.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *