Her­vé Fuchs – la Fran­ce pro­fon­de

Hervé FuchsHervé Fuchs est un personnage aux facettes multiples - illustrateur, entrepreneur, ancien directeur d’ouvrage, hôte d’un camping au cœur de la Bourgogne et j’en passe - mais il est surtout (surtout !) l’auteur des Folles de la Nationale 4, cette épopée de la route en deux gros volumes largement suffisante à elle seule pour former la base d’une belle renommée. Si seulement quelqu’un avait découvert cet auteur aussi modeste qu’exceptionnel, quelqu’un capable de lui donner le public qu’il mérite, quelqu’un de plus influent que votre modeste serviteur qui alimente son blog dans le seul espoir de partager avec quelques lecteurs curieux son goût de l’insolite et des courants souterrains.

Quant à moi, c’est Hervé Fuchs qui m’a introduit au format numérique, vous imaginez donc tout ce que je lui dois. Je l’ai découvert grâce à Vincent Bernard, du temps que celui-ci collaborait aux Éditions Edicool, à la tête de la collection Les Dix. Hervé Fuchs était un des rares auteurs de cette maison, et je peux dire que le titre de son polar m’a tout de suite intrigué, et cela en dépit de mon goût très peu prononcé pour tout ce qui se trame dans le domaine du policier au sens très large. Mais l’extrait publié par l’éditeur m’a mis l’eau à la bouche, et c’en était fait de moi - il me fallait ces Folles-là, à n’importe quel prix. Encore heureux que le prix des livres numériques était, à cette époque-là, ridiculement peu élevé. Je l’ai donc acheté - mon tout premier livre numérique ! - et je l’ai lu, faute de tablette ou de liseuse, sur l’écran minuscule d’une Samsung S800. C’est dire la fascination qu’exerçait sur moi ce texte qui transporte le lecteur dans un univers d’une sauvagerie inouïe, peuplé de personnages fascinants capables de prendre racine et d’envahir l’imaginaire des lecteurs.

Les Folles de la Nationale 4, ce sont deux femmes, des pirates de la route, qui sévissent dans la Lorraine des années soixante-dix, les années punk, les années terroristes aussi avec leurs groupuscules d’extrême gauche comme la RAF allemande ou encore les CCC italiennes. Une intrigue toute en vitesse se décline sur les rythmes du premier courant punk, sur fond d’une région en pleine restructuration avec ses villages et ses petites villes entre désespoir et rébellion et ses paysages d’une beauté acerbe.

Hervé Fuchs est le chantre et en même temps, profession oblige, l’illustrateur d’une époque close par la chute du mur de Berlin, la dernière de l’ordre ancien installé par l’issue de la deuxième guerre mondiale, une époque qui s’explique en grande partie par l’inexorable repli sur elle-même et où les idéologies ont fermenté la violence dans la pression d’un univers hermétique. Une époque révolue donc - et bien révolue - qui fut pourtant celle de la jeunesse des quinquagénaires actuels, celle qui a formé un grand nombre des dirigeants et des protagonistes du monde actuel.

Les Folles de la Nationale 4, c’est l’épopée d’une Lorraine convulsée, d’un monde près de s’écraser, sans le savoir, contre les garde-fous de l’Histoire avec H majuscule, un monde déchiré par des passions antagonistes et qui ressemble pourtant, par bien des côtés, à la France de Papa, celle qui a vécu et que toutes les nostalgies, politiques ou autres, ne sauraient ressusciter.

La Bauge Littéraire
Le logo de la Bauge littéraire, dessin imaginé et exécuté par Hervé Fuchs.

À part cela, il y a un lien très personnel qui m’attache à cet auteur à la force impressionnante : c’est lui qui a dessiné le logo de la Bauge littéraire. Et oui, la belle bête qui se pavane sur le site de votre serviteur est l’œuvre du Lorrain fou, et cela aussi donne à celui-ci le droit d'occuper une place de choix dans le repaire de la Bête sauvage des bois germaniques.

Hervé Fuchs dans la Bauge littéraire

Bibliographie

Les Folles de la Nationale 4, Saison 1 - l'intégrale

Le rapt du fils Janel, Les Folles de la Nationale, Saison 2 :

Hervé Fuchs sur la Toile