À pro­pos du San­glier

Thomas Galley, vous l'aurez compris, est un grand amateur de littérature érotique. C'est ce qui l'a amené à créer un site où il peut librement parler de la richesse des textes (mais aussi, bien entendu, de leurs défauts), laisser la parole aux auteurs et à leurs éditeurs et - tout simplement - donner son avis à propos de tout cela.

Portrait Thomas Galley aka Le Sanglier littéraireMais quel est donc ce drôle de personnage qui se cache (si ce n'est plutôt qu'il se dévoile) derrière son alter ego, le Sanglier littéraire ?

En cherchant sur la toile, vous risquez de tomber sur de multiples facettes de ce bipède tiraillé entre son appartenance farouchement revendiquée à la civilisation européenne, sa détermination de manier la langue de Voltaire et sa volonté d'accueillir les nouvelles technologies et les changements que celles-ci apportent à la littérature :

  • Fondateur et principal animateur de la Bauge Littéraire sous la forme de son alter ego, le Sanglier littéraire

À côté de cela, Thomas hante de nombreux réseaux et sites, parfois de façon plus assidue, parfois se contentant de quelques passages en vitesse. Mais, si cela permet effectivement de connaître ses opinions sur certains sujets, de se faire une idée de son écriture ou de découvrir son amour de la chose écrite en général, est-ce que cela en dit long sur l'être humain ? Donnons lui la parole :

Un de ces jours, il n'y a pas longtemps, une amie m'a posé une question : Comment est-ce que tu te résumerais en quelques mots ? Il faut peut-être donner quelques détails supplémentaires pour comprendre.

Je viens de terminer un récit. J'ai fait imprimer le manuscrit et je continue à travailler dessus. L'amie en question, qui est violoniste et travaille dans le marketing culturel (et connaît donc un tas de gens dans ce domaine), m'a proposé d'emporter le manuscrit à la foire aux livres de Francfort pour le présenter à des éditeurs. J'ai dit oui, bien sûr. Mais quand elle m'a posé la question sus-mentionnée, j'ai longtemps réfléchi. Qui suis-je ?

Un être humain, oui, c'est évident. Le mari de ma femme, le père de mes enfants. Je travaille, je suis donc collègue aussi. En plus, je suis le représentant du personnel dans ma boîte. Puis, je suis conseiller dans ma ville (100.000 habitants, mine de rien). Cela me donne déjà pas mal de rôles que je remplis tant bien que mal. Mais tout ne s'arrête pas là. Je me promène à travers la toile où je rencontre beaucoup de gens. Quand je les fréquente, qui suis-je ? Quelle voie est-ce qu'on suit avec eux au bout de quelques échanges ? Est-ce qu'on reste le même ? Est-on identique (ou : le reste-t-on ?) à celui qui est installé devant son ordinateur et qui remplit les boîtes de dialogue qui fournissent une vie propre au personnage qui évolue à travers les réseaux ? Est-ce qu'on change selon l'interlocuteur ? Les événements qui ont marqué ma vie et qui m'ont plus ou moins "fait", est-ce qu'ils sont invariables ? Ou est-ce que la perception à posteriori les fait changer ? Une fois qu'ils appartiennent au passé, ils commencent à mener une vie bien à eux, arrachés à celui qui les a vécus ou soufferts, et échappent de plus en plus à la maîtrise de la personne que j'ai été, à un moment donné de ma vie.

Drôle de chose qu'une existence... Finalement, je n'ai pas su donner de réponse à mon amie, qui a été un peu déçue par cette impossibilité de me définir. Hélas, je n'y peux rien. Dès que j'ouvre la porte de la réflexion, je me perds dans les dédales de mon personnage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *