Axter­dam, Les his­toires de cul de l’oncle Zague

Avec Une fille trop facile, les Édi­tions Dyna­mite, « le label BD cul de la Musar­dine » [1]d’a­près leur page Face­book, pro­posent le pre­mier épi­sode d’une nou­velle série de bandes des­si­nées éro­tiques dis­po­nibles exclu­si­ve­ment en numé­rique, Les his­toires de cul de l’oncle Zague, signées Axterdam.

Axter­dam, artiste poly­va­lent et très actif dans des domaines divers depuis de longues années, s’est fait remar­quer dans un pas­sé plus récent en tant qu’illus­tra­teur de la col­lec­tion Osez le … de chez la Musar­dine, série à suc­cès de l’é­di­teur éro­tique pari­sien qui pro­pose des textes autour d’une grande varié­té de pra­tiques sexuelles.

Après s’être essayé comme auteur dans deux recueils de la série [2]Osez … le Kama Sutra et Osez … le bon­dage, le voi­ci qui, avec les aven­tures de l’oncle Zague, passe une fois de plus à la vitesse supé­rieure en libé­rant le des­sin du rôle subal­terne de l’illus­tra­tion des paroles d’au­trui, le fai­sant pas­ser dans le genre qu’il domine en maître, la BD.

L’i­dée de départ n’a rien de très ori­gi­nal : Le vieil oncle Zague, voyant la fin appro­cher à grands pas, raconte les aléas de sa vie sexuelle à son neveu, per­son­nage qui, au moins dans ce pre­mier épi­sode, reste ano­nyme et invi­sible. C’est un pro­cé­dé qui a fait ses preuves et qui, on le voit, peut tou­jours ser­vir, même si Axter­dam s’abs­tient de jus­ti­fier la pré­sence du neveu ou d’ex­pli­quer les inten­tions ayant inci­té l’oncle vieilli de faire pro­fi­ter celui-ci de ses his­toires de cul. Mais bon, on n’en est qu’à la pre­mière livrai­son, et Axter­dam a le temps de faire évo­luer ses per­son­nages. Quant au récit en ques­tion, celui de la fille trop facile, c’est une sorte d’a­nec­dote arri­vé au nar­ra­teur du temps que celui-ci était encore dans la force de l’âge, capable de jouer le rôle d’é­ta­lon que la pro­ta­go­niste fémi­nine de l’his­toire lui a réser­vé. Rien de trop com­pli­qué là non plus, et le moins qu’on puisse dire, c’est que l’au­teur pré­fère la route droite qui ne laisse de place aux com­pli­ca­tions. Mais bon, comme l’i­dée est de pro­po­ser un texte court (une ving­taine de pages) à un prix abor­dable (2,49 €), on com­prend la néces­si­té d’en venir aux faits et de mener le lec­teur droit au but. Zague croise donc une belle femme qui l’ap­proche sous le pré­texte d’a­voir oublié ses lunettes dans une cabine télé­pho­nique (belle occa­sion pour les digi­tal natives de décou­vrir un envi­ron­ne­ment dépour­vu de smart­phones). Ensuite, elle montre dans une démons­tra­tion par­faite com­ment réduire un être humain capable de réflexion à ses prin­ci­pales fonc­tions bio­lo­giques, par­mi les­quelles la repro­duc­tion occupe sans aucun doute un des tout pre­miers rangs. Zague conti­nue certes à se poser des ques­tions quant aux inten­tions de la belle incon­nue dont la démarche devient de moins en moins ambi­guë, mais cela ne l’empêche pas de se lais­ser faire. Et je parie que chaque mâle par­mi mes lec­teurs est par­ti­cu­liè­re­ment bien pla­cé pour appré­cier la capi­tu­la­tion incon­di­tion­nelle des fonc­tions cog­ni­tives de l’homme rede­ve­nu pri­mate face à une occa­sion aus­si belle de tirer son coup. Bref, l’oncle Zague se retrouve très bien­tôt dans des cir­cons­tances qu’un gent­le­man aurait pré­fé­ré pas­ser sous silence, mais qu’Ax­ter­dam ne se prive pas de détailler sous les yeux éba­his du lec­teur. Qui, pour le coup, se trans­forme en – mateur. Un mateur lar­ge­ment ser­vi par le style très sobre d’Ax­ter­dam qui, s’il n’hé­site pas à tout dévoi­ler des jeux intimes de ses pro­ta­go­nistes, se tient loin de tout soup­çon de lubri­ci­té. Le lec­teur, face à une cer­taine rete­nue de la plume du des­si­na­teur, peut plu­tôt conce­voir l’i­dée de faire par­tie de l’in­ti­mi­té d’un couple qui ne se refuse rien, et de la plus natu­relle des manières. Une belle illus­tra­tion de la maxime que moins, c’est par­fois plus.

À lire :
Hamsa, Paris. Première partie de "Francine".

L’his­toire de la Fille trop facile est un coup d’en­voi pro­met­teur de la nou­velle série des his­toires de cul de l’oncle Zague. Reste à espé­rer qu’Ax­ter­dam sau­ra faire évo­luer son pro­ta­go­niste, le rendre pal­pable, humain, le faire sor­tir du simple rôle de déclen­cheur pour en faire plus qu’un pré­texte pour par­ler cul.

Axterdam, Une fille trop facileAxter­dam
Une fille trop facile
Dynamite
ISBN : 9782362343100

Réfé­rences

Réfé­rences
1d’a­près leur page Facebook
2Osez … le Kama Sutra et Osez … le bondage