Anne Bert, Épilogue.

Depuis le temps que je leur en parle, mes lecteurs devraient savoir que je travaille assez régulièrement pour les Éditions Edicool, éditeur numérique pure player avec à son actif plusieurs romans et une belle collection de textes courts, réunis sous le label désormais (presque) célèbre, Les 10. Quand je dis travailler, j’entends par là non seulement participer en tant qu’auteur à leurs recueils, mais activement collaborer à la besogne éditoriale : trouver des thématiques, fignoler des exposés, recruter des auteurs et, le cas échéant, des illustrateurs, étudier les textes, veiller à ce que ceux-ci arrivent à temps chez la correctrice, tout ça… Un travail qui, faute de mettre sur la planche le pain quotidien, me procure un énorme plaisir, parce qu’il me permet d’enter en contact avec des personnes extraordinaires. Une de ces personnes-là est sans aucun doute Anne Bert, écrivaine que j’ai découverte à travers Perle, roman mi-érotique mi-fantastique, qui m’a mis sous le charme dès les premières lignes.

Quand j’ai donc reçu la charge de diriger un volume des Dix, je me suis promis de demander à Anne de s’embarquer avec moi dans cette aventure-là. Aventure qui pour elle aussi était un saut dans l’inconnu vu que c’était sa première expérience numérique. Collaboration littéraire donc qui non seulement s’est soldée par un très bon petit texte (À l’ombre d’Albert) que vous pourrez découvrir dans les Vacances Pourries, mais qui a aussi inauguré l’engagement numérique de l’auteure. Celui-ci s’est poursuivi, il y a quelques semaines, par la parution d’Épilogue, le deuxième roman de la toute nouvelle collection e-xpérience, dédiée aux textes de plus grande envergure.

Au départ, j’ai connu Anne comme auteure de textes érotiques, et ce sont précisément ceux-ci qui l’ont fait connaître auprès du public : L’eau à la bouche, Perle, L’emprise des femmes. Mais elle n’entend pas se laisser enfermer dans un seul domaine et borner le champ de ses activités littéraires, et elle le prouve avec Épilogue, roman qui parle de la rencontre de deux femmes que tout semble séparer : Marguerite, résidente malgré elle d’une maison de retraite, et Line, sa tutrice nouvellement nommée. Très bientôt, ces deux femmes-là se rapprocheront, et se découvriront liées l’une à l’autre comme les pôles d’un aimant, opposés certes, mais appelés en même temps à partager un seul et même destin. Parce que celui de Marguerite ne fait que préfigurer celui de tous les autres, la vieillesse, la solitude, la perte de contrôle, le fait de se trouver livré aux décisions d’autrui. Tout ça peut faire peur, et on s’est sérieusement demandé, dans notre comité de lecture, si un tel livre pouvait trouver assez de lecteurs parmi le troupeau peu nombreux de celles et de ceux qui consentent à lire en numérique, mais la qualité du texte et la hardiesse des femmes (y compris l’auteure) eurent vite fait de nous convaincre : Voici une aventure qu’il faut impérativement tenter pour permettre aux lecteurs de découvrir l’univers de Marguerite, d’une femme qui s’épanouit à deux pas de la tombe et à laquelle l’idée de la vie qui se termine fait moins peur que celle de l’esclavage et d’une mort qui ressemble à une lente pourriture. Et celui de Line qui trouvera le courage, après maintes remises en question et des tentatives de fuite, de soutenir jusqu’au bout celle dont elle dirige la vie – et la mort.

Mise à jour

Les éditions Edicool ayant mis la clé sous le paillasson depuis longtemps, le texte a changé de crémerie et est actuellement disponible aux Éditions Ex Aequo. sous le titre légèrement modifié Épilogue selon Marguerite.

Anne Bert, Épilogue selon MargueriteAnne Bert
Épilogue selon Marguerite
Éditions Ex Aequo
ISBN : 9782359626421