Robin Green Alfaic, Après-midi liber­tine à la plage

L’été avance, les vacances se pro­filent à l’horizon, et les juillet­tistes n’ont plus que deux petites semaines pour bou­cler les der­niers pré­pa­ra­tifs. Tan­dis que les rêves de dépay­se­ment sont donc près de se concré­ti­ser pour une bonne par­tie de mes lec­teurs, votre ser­vi­teur met au menu de ses Lec­tures esti­vales un texte qua­si­ment incon­tour­nable pour l’afi­cio­na­do des plai­sirs de la plage. Le moyen, je vous le demande, de résis­ter à un titre qui arbore ceux-ci en pre­mière de cou­ver­ture : Après-midi liber­tine à la plage ?

Signé Robin Green Alfaic, il s’agit d’une sorte de novel­la que j’ai dégo­tée dans les rayons numé­riques de l’auto-édition à la sauce de Jeff Bezos, à savoir chez Ama­zon Kindle. L’intrigue n’est pas des plus com­plexes et se laisse vite résu­mer : Emma et Tom, un couple marié rodé aux joies de l’échangisme et de la séduc­tion – tous les deux conscients aus­si des pro­blèmes qui viennent avec – se paient un week-end à la plage, loin des obli­ga­tions fami­liales. Tou­jours à l’affût du plai­sir à plu­sieurs, ils ont fini par mettre au point une méthode pour se trou­ver des par­te­naires : Pro­cé­dant à des caresses intimes assez osées, ils scrutent leurs voi­sins jusqu’à iden­ti­fier ceux qui se lais­se­raient ten­ter par ces pro­po­si­tions à dis­tance. Cette fois-ci, ça tombe bien, et nos deux aven­tu­riers de la baise tombent sur Aman­dine et Arnaud, un couple ayant déjà envi­sa­gé le liber­ti­nage afin d’échapper à la rou­tine et prêt à sau­ter le pas. Une ren­contre qui rajoute les plai­sirs de l’initiation à ceux de la décou­verte intime d’autres corps ! Le tout se ter­mine de la meilleure des façons, comme on peut l’imaginer dans un texte qui n’a d’autre voca­tion que d’occuper une ou deux petites heures de lec­ture pour pimen­ter un après-midi sous le soleil ou ryth­mer le temps d’une échap­pée soli­taire. C’est évi­dem­ment dans ce contexte-là que j’aimerais qua­li­fier cette petite soixan­taine de pages de bien inno­cente, dans la mesure où un tel épi­thète peut s’appliquer à un texte consa­cré à une séance de séduc­tion et de liber­ti­nage entre quatre per­sonnes qui n’hésitent pas à se faire plai­sir en public. Un texte qui n’a rien à voir – ou si peu – avec les pro­blèmes socié­taux, les éter­nelles remises en ques­tions ou encore la condi­tion humaine – à moins, évi­dem­ment, de vou­loir la réduire à la quête d’une chatte assez bonne pour s’occuper de la queue qui se pré­sente dans l’espoir de juter au fond d’un trou glo­ri­fié par le charme de l’inconnu.

Après-midi liber­tine à la plage, c’est donc un texte par­fait pour cette grande paren­thèse des vacances d’été, paren­thèse per­met­tant d’échapper aux cris de guerre et à la sem­pi­ter­nelle contes­ta­tion qui remuent la France depuis le séisme des Pré­si­den­tielles 2017. Un texte aus­si qui s’oublie aus­si­tôt, une fois la liseuse éteinte,  quitte à s’inviter une ou deux fois dans l’instant chan­tilly de l’estivant sur­chauf­fé par la vision de la chair qui s’étale autour de lui pen­dant de longues heures de bron­zage sans qu’il ait pour autant trou­vé de par­te­naires pour réa­li­ser ses fan­tasmes.

SI je vous le dis, un texte bien inno­cent… Le sexe, bien qu’il ait voca­tion à se jouer à plu­sieurs, y reste conscrit aux habi­tudes des plus sages (un petit pelo­tage de seins, une bran­lette, un doig­tage de minou avec comme comble une péné­tra­tion a l’abri des regards), rien qui touche, ne fût-ce que de très loin, aux pul­sions fon­da­men­tales et à la sau­va­ge­rie que ces mêmes pul­sions peuvent engen­drer.

Comme il convient de mesu­rer chaque texte à la hau­teur de ses ambi­tions, on ne sau­rait en vou­loir à celui-ci de se bor­ner à une vision fina­le­ment assez conven­tion­nelle du sexe. Ce qui est déjà un brin plus aga­çant, ce sont les dia­logues par­fois assez mal­ha­biles avec en sup­plé­ment un petit côté didac­tique qui s’exprime à tra­vers les ques­tions et les assu­rances mul­ti­pliées ad nau­seam à lon­gueur de rap­port, genre : Vous n’êtes pas obli­gée, Madame… Vous avez le droit d’arrêter… Et si je vous cares­sais le minou, est-ce que cela ne vous incom­mo­de­rait pas ? 1)Remarque : Ce ne sont pas des cita­tions, j’ai juste essayé de convier une cer­taine idée ! Cela peut bien sûr être vu comme la marque d’une cer­taine bien­veillance des per­son­nages et du res­pect qui s’impose entre per­sonnes qui consentent à invi­ter des incon­nus dans ce qu’elles ont de plus intime, mais on finit par s’en las­ser. « Et si vous y alliez avec un peu plus de fran­chise ?» a-t-on envie de dire à l’auteur qui retranche ses per­son­nages un peu trop der­rière les rem­parts d’un  cer­tain code, les empê­chant de céder à ce qu’on peut trou­ver au fin fond de ce désir de bai­ser : péné­trer dans l’inconnu, déver­ser une par­tie de son exis­tence entre les parois d’une chatte « inter­dite », reve­nir des pro­fon­deurs avec ce sen­ti­ment déli­cieux d’avoir bra­vé, une fois de plus, un obs­tacle dres­sé par la socié­té dans ce qu’elle a de plus intrai­table.

Se rajoute à cela un sou­ci du détail qui va vrai­ment trop loin, capable de pro­duire l’effet devant lequel il met en garde :

« Car une fois qu’il aurait déver­sé son sperme […], sa queue allait inévi­ta­ble­ment se ramol­lir »

Vous l’aurez com­pris, ce texte n’a aucune voca­tion à enter dans un concours de phi­lo­so­phie. Ce qui ne devrait pas l’empêcher de rem­plir agréa­ble­ment le temps d’une séance de bron­zage et de don­ner à vos regards une pers­pi­ca­ci­té renou­ve­lée pour débus­quer, autour de vous, les poten­tielles infrac­tions aux bonnes mœurs 🙂

Pour conclure, je me per­mets de citer ce gros coquin de Tom, avec une pen­sée spé­ciale pour celles et pour ceux qui par­tagent mon amour immo­dé­ré de la plage :

À cette mer­veilleuse jour­née d’été !

Robin Green Alfaic, Après-midi libertine à la plageRobin Green Alfaic
Après-midi liber­tine à la plage
Auto-édi­tion
ASIN : B01MS39ZBF

Références   [ + ]

1.Remarque : Ce ne sont pas des cita­tions, j’ai juste essayé de convier une cer­taine idée !