Les conseils du San­glier pour un cadeau de Noël réussi

Cette année-ci, c'est le Sanglier qui s'occupe du cadeau de Noël

Chaque fois à l’ap­proche du mois de décembre, l’é­ter­nelle ques­tion se pose : Quel cadeau de Noël offrir aux ami(e)s ? Bon, je vous le concède, un livre, c’est tou­jours une excel­lente idée, mais sur lequel jeter son dévo­lu, per­du qu’on est au milieu du tsu­na­mi des paru­tions ? Ne déses­pé­rez pas, le San­glier a peut-être des idées pour vous.

Pen­dant ces douze der­niers mois, j’ai lu un cer­tain nombre de livres, numé­riques et autres, par­mi les­quels il y en a de très bons sur les­quels j’ai­me­rais atti­rer l’at­ten­tion de mes fidèles lec­teurs. Et si je peux faci­li­ter la vie à l’un ou à l’autre ce ceux-ci, tant mieux ! Parce que, croyez-moi, le choix du bon cadeau, c’est loin d’être une évidence…

Sachez tou­te­fois que le seul cri­tère qui régit cette liste est mon appré­cia­tion per­son­nelle, mon goût rien qu’à moi, que vous pou­vez bien sûr – mais ne devez aucu­ne­ment – par­ta­ger. J’ai donc choi­si dix livres – terme que j’u­ti­lise pour des textes sur sup­port, quel qu’il soit – que je vous pré­sente dans une liste, accom­pa­gnés d’un bref aper­çu et d’un lien vers l’ar­ticle paru dans la Bauge.

1. Her­vé Fuchs, Les Folles de la Natio­nale 4

Embar­quez-vous sur les routes de la Lor­raine, à la suite d’un couple impro­bable de pirates de la route qui se mêlent de trop près à des affaires sombres qui ne les regardent pas. Pris dans un mael­ström nour­ri par le ter­ro­risme des années 1970 et le drame fami­lial d’un ancien pha­lan­giste, les pro­ta­go­nistes risquent de som­brer dans une orgie de violence.

À lire dans la Bauge : Lor­raine – terre de folie
Ver­sion numé­rique
Ver­sion papier


2. Anne Bert, Perle

Née sous X, la vie de la jeune Perle est mena­cée de dérives. Fina­le­ment, elle échoue quelque part sur la façade atlan­tique où, au fil de l’eau, elle retrouve un calme que tra­versent pour­tant le cor­tège de Dio­ny­sos et d’autres créa­tures fantasques.

À lire dans la Bauge : Perle ou le voyage aux ori­gines
À Com­man­der ici ou ici

3. Her­vé Fuchs, Les Folles de la Natio­nale 4, t. 2

L’é­po­pée des Folles conti­nue, après les évé­ne­ments macabres de la nuit de Stras­bourg. Après l’é­té tor­ride, c’est une course à tra­vers l’hi­ver gla­cial des Vosges, ali­men­tée par de vieilles haines et par des com­bats qu’il reste à conclure. Une course relan­cée et ren­due plus fatale encore par l’ar­ri­vée de tueurs venus du fin fond du conti­nent noir.

À lire :
Barbara Katts, Je vous aime

À lire dans la Bauge : La Lor­raine en proie à la folie – Her­vé Fuchs remet ça
Ver­sion numérique :

  • Lili Per­drix et les Com­tesses Ferrailles
  • Idi Amin, mon amour…
  • Bra­se­ro zéro
  • Comme des chiens sur un os

Ver­sion papier des quatre titres pré­cé­dents :
Le rapt du fils Janel

4. Jacques Abeille, Les jar­dins statuaires

Voi­ci un livre que sau­ront appré­cier les ama­teurs d’une belle his­toire bien construite et racon­tée, au même titre que ceux qui, épris de style, ado­re­ront « la tour­nure tout à fait clas­sique d’un style qu’on s’attendrait à trou­ver dans les meilleurs ouvrages des grands siècles ». Un voyage à tra­vers une terre étrange, pimen­té d’ex­pé­di­tions dans les contrées bar­bares, où guettent, depuis tou­jours, les forces indomp­tables du chaos appe­lées à renou­ve­ler le monde.

À lire dans la Bauge : Les jar­dins sta­tuaires ou l’appel du vide
À com­man­der p. ex. ici

5. Audrey Betsch, La pile du pont

Voi­ci un livre qui est loin, très loin du « tout le monde y est beau, tout le monde y est gen­til » dont cer­tains aiment se gaver dans les semaines qui pré­cèdent la fête de l’a­mour et des bon sen­ti­ments. Un livre qui n’a pour­tant pas besoin de crier au scan­dale, de ver­ser dans la vio­lence ou de prô­ner la haine du genre humain. Ceci est un texte qui fait « taire, au bon milieu d’un jour de mai, les oiseaux ; qui [fait] pâlir le vert gras et fer­tile des prés enso­leillés ; qui [suf­foque] jusqu’au gazouille­ment des sources. »

À lire dans la Bauge : La Pile du pont ou le devoir de faire demi-tour

6. Phi­lippe Clau­del, Meuse l’oubli

Saviez-vous qu’Or­phée est venu dans les Ardennes fran­çaises, dans la val­lée pai­sible de la Meuse qui coule, grise et immuable, aux pieds de ses mornes col­lines boi­sés ? Encore que c’est un Orphée pour lequel le mythe se passe à l’en­vers, et qui n’est pas des­cen­du dans les Enfers pour en libé­rer sa femme mais pour y dépo­ser les sou­ve­nirs qui s’ac­crochent et finissent pas peser trop lourd.

À lire :
La France qui bouge - impressions d'un mini-Festival

À lire dans la Bauge : Phi­lippe Clau­del, Meuse l’oubli
À com­man­der p. ex. ici

7. Jeff Balek, Lisa

Voi­ci, après celui d’Au­drey Betsch, le deuxième titre de l’ex­cel­lente col­lec­tion e‑lire de l’é­di­teur pure player, Numé­rik­livres. Dès la pre­mière page, le ton est don­né, et Jeff Balk, en emme­nant ses lec­teurs dans de mul­tiples voyages, les pré­pare à autant de départs, dont le plus consé­quent mène­ra au-delà de la vie même.

À lire dans la Bauge : Lisa et son rire « si léger »

8. Isa­belle Mutin, DeSi­rium Tremens

Lais­sons tout sim­ple­ment par­ler l’au­teur pour don­ner une idée de la force sou­ter­raine à l’oeuvre dans les textes de ce petit recueil : « Com­ment puis-je brû­ler avec toute cette eau qui tombe encore du ciel ? Chaque jour, la pluie s’abat sur nous. Nous dégou­li­nons de fatigue mais nous mar­chons tou­jours. » Une perle noire, avec l’é­clat obs­cur d’une beau­té qui se suf­fit à elle-même.

À lire dans la Bauge : Isa­belle Mutin ou l’automne éter­nel du désir

9. Nadine Mon­fils, La petite Fêlée aux allumettes

Un polar dont l’hor­reur et l’hu­mour décer­ve­lé font grin­cer des dents et écla­ter de rire. Si ce n’é­tait phy­sio­lo­gi­que­ment impos­sible, j’au­rais dit les deux en même temps. Les pro­ta­go­nistes, une mémère qui dis­tri­bue la mort comme d’autres des bon­bons et un com­mis­saire qui se fait raco­ler par son subor­don­né tra­ve­lo, habi­tué des bars de nuit et grand tailleur de pipes, y côtoient le per­son­nel des contes de fée, le tout dans un huis clos qui pue le sur­réa­lisme à la sauce belge.

À lire dans la Bauge : Ceci est bien une pipe, Mon­sieur Magritte !
À com­man­der p. ex. ici

10. Franck-Oli­vier Lafer­rère, Law­rence d’A­ra­bie. À contre-corps

Qui n’a enten­du par­ler du grand Law­rence d’A­ra­bie, offi­cier bri­tan­nique et figure héroïque de la Grande Guerre, dont il a, pen­dant quelques ins­tants, cou­vert les relents cada­vé­riques avec l’en­cens d’un Orient de conte de fée ? Franck-Oli­vier Lafer­rère raconte ici un autre com­bat, son der­nier, beau­coup moins connu du public, aux dimen­sions pour­tant tout aus­si épiques que celui qu’il a mené contre l’empire ottoman.

À lire dans la Bauge : Law­rence d’Arabie. À contre-corps.
À com­man­der ici