Jean Dar­men, Ren­contres (tt. 3 et 6)

Si j’ai décou­vert Jean Dar­men dans le rayon des auto-édi­tés de chez Ama­zon, j’au­rais pu le croi­ser ailleurs, comme par exemple chez Domi­nique Leroy où il a col­la­bo­ré à la deuxième édi­tion du recueil Fan­tasmes auquel il a contri­bué la nou­velle Sor­tir du brouillard. Ou encore chez Numé­rik­livres où j’ai même ache­té un de ses titres, P900, sans jamais avoir trou­vé l’oc­ca­sion de le lire. Mais comme tard vaut tou­jours mieux que jamais me voi­ci donc avec deux de ses textes, H comme Helen et Minette à la plage, tous les deux des nou­velles dédiées à ce thème cher à votre ser­vi­teur – les vacances avec leur cor­tège de ren­contres et de par­ties de jambes en l’air. Les deux textes font par­tie d’une sorte de recueil inti­tu­lé Ren­contres, mais comme ils racontent cha­cun des épi­sodes tirés de la vie de l’un des pro­ta­go­nistes, on peut les dégus­ter sépa­ré­ment. J’ex­plique en vitesse :

Les nou­velles en ques­tion – ou peut-être plu­tôt les épi­sodes – ne font pas sim­ple­ment par­tie d’un recueil thé­ma­tique, mais sont reliées entre elles par un récit-cadre four­ni par la ren­contre des deux pro­ta­go­nistes, Alex et Méla­nie. Ceux-ci, tom­bés fol­le­ment amou­reux l’un de l’autre suite à ce qu’il convient d’ap­pe­ler un coup de foudre, ignorent jus­qu’au plus petit détail de leurs vies res­pec­tives. Et comme c’est le désir réci­proque qui est à l’o­ri­gine de leur ren­contre et de leur rela­tion qui va en s’ap­pro­fon­dis­sant grâce aux gali­pettes en conti­nu, ils ont choi­si un angle d’at­taque cor­res­pon­dant en se racon­tant, à tour de rôle, « leurs amours d’a­vant »1)Texte expli­ca­tif sur Ama­zon.. Et il faut sans doute ajou­ter que le sexe et les fan­tasmes se sont très vite mêlés de l’af­faire, confé­rant à tous ces récits un carac­tère déli­cieu­se­ment éro­tique.

Dans le pre­mier des épi­sodes choi­sis, H comme Helen, c’est Méla­nie qui raconte un sou­ve­nir de l’é­poque de ses dix-huit ans, à savoir sa ren­contre avec Helen, une jeune Bri­tan­nique embau­chée par les parents de notre héroïne afin de, pen­dant les vacances d’é­té, par­faire l’é­du­ca­tion lin­guis­tique de la fra­trie au grand com­plet, réunie pour cela sous le toit de la mai­son paren­tale. Hor­reur, dites-vous ? Mouais, vu que c’est une grande mai­son avec pis­cine près de la mer, cela peut se sup­por­ter, sur­tout que la pré­cep­trice semble être pous­sée par d’autres moti­va­tions que celui d’in­cul­quer la langue de Sha­kes­peare à ses élèves. Sinon, pour­quoi se ferait-elle un malin plai­sir de rendre plus doux le réveil de sa jeune dis­ciple en lui cares­sant les fesses ? Quoi qu’il en soit, la jeune Méla­nie découvre les pré­mices des plai­sirs saphiques entre les mains de Helen, et si les semaines sui­vantes seront bien dédiées à l’ap­pren­tis­sage de la langue, ce sont sur­tout les bases de son appli­ca­tion phy­sique qui lui seront révé­lées. Et tant mieux si elle peut ajou­ter à ses leçons quelques vocables du bara­goui­nage d’outre-Manche.

Après cette pre­mière décou­verte à pro­pos des moti­va­tions de la pro­fes­seure de langue, il y en aura d’autres qui ne man­que­ront pas de révé­ler à la jeune pro­ta­go­niste un côté insoup­çon­né de ses géni­teurs, sou­cieux de par­faire l’é­du­ca­tion de leurs filles. Mais comme je n’ai pas l’in­ten­tion de vous gâcher le plai­sir de la lec­ture et de la décou­verte, il fau­dra délier les cor­dons de vos bourses afin de plon­ger davan­tage dans l’u­ni­vers des Ren­contres.

Le deuxième texte, Minette à la plage, place d’emblée nos héros dans une ambiance plus clas­si­que­ment esti­vale, à savoir sur la – plage. C’est là que le couple évo­qué par le récit, for­mé par Alex et une dénom­mée Chloé, se donne ren­dez-vous avec une copine de Chloé, la Minette du titre. Alex n’est pas sans savoir que sa copine a des goûts un peu par­ti­cu­liers – elle lui demande par exemple dès la deuxième page de l’at­ta­cher, fai­sant preuve non seule­ment de son goût pour des pra­tiques peu cou­rantes, mais encore d’une cer­taine incons­cience, confiant son corps et son bien-être à une per­sonne qui n’a aucune expé­rience dans ce domaine et qui en est réduit à suivre « le mode d’emploi illus­tré qu’elle avait ache­té avec les cordes. »2)Jean Dar­men, Minette à la plage, empla­ce­ment 93

Après un tel début, il ne faut sans doute pas trop s’é­ton­ner de ce qu’A­lex se retrouve, avec Minette et Chloé, dans un drôle de ménage à trois où c’est la jalou­sie qui fait tout tour­ner la machine, où les filles se dis­putent les ser­vices du mâle, veillant l’une sur l’autre afin de se le par­ta­ger à doses égales, et où le mâle en ques­tion n’a qu’à déguer­pir dès que ces demoi­selles décident de vou­loir se consa­crer désor­mais au seul plai­sir au fémi­nin.

Quant au côté esti­val, il y en a bien tous les ingré­dients – la plage avec ses dunes, la crème solaire, les ser­viettes éten­dues sur le sable, les bai­gnades, les sil­houettes des jeunes femmes se pro­me­nant sur la plage dans le plus simple appa­reil – et l’au­teur sait s’en ser­vir pour créer une belle ambiance pro­pice à l’in­dé­cence et au déchaî­ne­ment des sens :

Je [i.e. Alex] regar­dai le cha­lou­pé de ses [i.e. de Minette] hanches, les sou­bre­sauts de ses fesses, le balan­cé de ses bras. elle mar­chait bien, elle don­nait envie de la suivre jus­qu’au bout du monde.3)Minette à la plage, empla­ce­ment 285.

En fin de compte, Alex pré­fère l’en­tre­cuisse de ces demoi­selles au « bout du monde » et se contente de faire voguer la galère sur les ondes du plai­sir.

L’é­pi­sode esti­val n’est ici qu’un ingré­dient par­mi d’autres, épi­sode dans un épi­sode dont on sait d’a­vance qu’il n’a aucune voca­tion à se pro­lon­ger. Après tout, il s’a­git de racon­ter les détails des aven­tures res­pec­tives des deux amants, grâce à des his­toires qui appar­tiennent au pas­sé et ne font ici que reve­nir comme des fan­tômes entre les lèvres des pro­ta­go­nistes. Mais, épi­sode ou non, Jean Dar­men a su exploi­ter le poten­tiel fan­tas­ma­tique de la plage, l’en­droit pro­pice non seule­ment aux décou­vertes, mais aus­si aux conclu­sions et aux excès. J’ai sur­tout appré­cié la façon qu’a l’au­teur de faire de sa plage un théâtre où ses pro­ta­go­nistes se mettent en scène, où se jouent leurs pas­sions et où les regards – ceux du nar­ra­teur, mais ceux aus­si de poten­tiels obser­va­teurs cachés entre les replis des dunes – sont essen­tiels.

Ayant avant tout cher­ché des textes pour l’é­di­tion 2020 des Lec­tures esti­vales, je n’ai pas pu lire l’en­tiè­re­té du recueil. Si je ne peux donc pas me pro­non­cer sur la fac­ture de l’en­semble, je peux quand même affir­mer que l’i­dée à la base me paraît plus que solide et très effi­cace, sur­tout dans le domaine éro­tique où le lec­teur est ain­si comme bran­ché sur les pro­ta­go­nistes qu’il côtoie pen­dant que ceux-ci découvrent, en même temps que lui, leurs per­son­na­li­tés et leur pas­sé au fur et à mesure des récits échan­gés et des dési­rs évo­qués.

Du point de vue du lec­teur, le fait de pro­po­ser le recueil en plu­sieurs épi­sodes ven­dus sépa­ré­ment peut paraître désa­van­ta­geux d’un point de vue finan­cier. Ce n’est pas faux, mais le pro­blème se rela­ti­vise dans la mesure où les textes font par­tie du pro­gramme Kindle Unli­mi­ted, les lec­teurs pou­vant donc emprun­ter les titres grâce à une sorte d’a­bon­ne­ment au riche fond des auteurs auto-édi­tés. À vous de voir si une telle for­mule vous convient.

Jean Darmen, Minette à la plage (t. 6 de Rencontres)

Jean Dar­men
Les ren­contres
H comme Helen (t. 3) &
Minette à la plage (t. 6)
Auto-édi­tion
ASIN : B07T1XBGP5
ASIN : B07SXCSDPL

Références   [ + ]

1.Texte expli­ca­tif sur Ama­zon.
2.Jean Dar­men, Minette à la plage, empla­ce­ment 93
3.Minette à la plage, empla­ce­ment 285.