Galan Dor­gia, Admi­nistre-moi

Cela fait un cer­tain temps déjà que j’aurais vou­lu lire du Galan Dor­gia, auteur très pré­sent sur les réseaux numé­riques, qui a aus­si pris sur la conscience de publier un annuaire des auteurs éro­tiques. Et quel meilleur ins­tant pour se faire plai­sir que les vacances, en grande par­tie pas­sées à la plage à faire la crêpe dans l’Anse de Pau­lilles ? Et quel moyen plus effi­cace qu’une bonne lec­ture éro­tique pour faire péné­trer la cha­leur du soleil jusqu’aux tré­fonds du corps ? Sai­sir ma fidèle liseuse et lan­cer Admi­nistre-moi ne furent qu’un, et j’ai eu le plai­sir de plon­ger dans les spasmes d’une ima­gi­na­tion déchaî­née tan­dis que des femmes de l’arrière-saison 1)Les plages au mois de sep­tembre, c’est le para­dis des MILF et des GILF, confir­ma­tion de ce que je soup­çonne depuis de longues années : La beau­té des femmes ne s’épanouit vrai­ment qu’une fois pas­sé le cap de la qua­ran­taine. Et si j’en fai­sais un livre ??, autour de moi, expo­saient leurs chairs aus­si pul­peuses que bron­zées.

Admi­nistre-moi, ce ne sont que quelques pages et une intrigue pas vrai­ment spec­ta­cu­laire, mais la cha­leur des ébats com­pense lar­ge­ment ce qui manque en défis intel­lec­tuels. L’intrigue est donc vite résu­mée : deux col­lègues vont boire un verre après le bou­lot, la direc­trice en pro­fi­tant pour faire part à son subal­terne de ce que le stress quo­ti­dien ne la laisse pas indif­fé­rente, quand elle reçoit, comble des mésa­ven­tures de la jour­née, une glace sur son che­mi­sier. Elle s’enfuit dans les toi­lettes où, petit bout de femme mal­heu­reuse secouée par les larmes, elle guette l’arrivée du mâle pro­tec­teur. Qui, lui, ne manque pas de bien inter­pré­ter les signaux qu’elle lui envoie et se met aus­si­tôt à la besogne. Les choses prennent leur che­min, tout comme les organes sexuels qui ne tardent pas à se retrou­ver en bonne route pour com­bler leurs pro­prié­taires res­pec­tifs des bon­heurs d’un rap­port solide scel­lé en bonne et due forme.

Rien de bien inso­lite, je vous avais aver­tis, mais un plai­sir quand même qui ne se refuse pas, un bon petit quart d’heure rem­pli de bouf­fage de chatte, de léchage de queue et d’épanchements en tous genres, une ren­contre toute en cha­leur qui se com­plique par l’arrivée d’un deuxième couple aus­si­tôt assailli par la direc­trice en rut qui ne laisse pas pas­ser l’occasion d’améliorer son régime en goû­tant aux jus que les nou­velles proies ont à lui offrir.

Deux petites images qui vont res­ter : la « dex­té­ri­té anale » de la direc­trice, for­mule tout ce qu’il y a de plus coquette, et l’image de la furie qui, toute nue, sort du cabi­net de toi­lette pour se jeter sur les nou­veaux venus, image toute cra­chée d’une créa­ture dan­tesque tout droit sor­tie du deuxième cercle de l’Enfer.

Galan Dorgia, Administre-moiGalan Dor­gia
Admi­nistre-moi
Évi­dence Édi­tions
ISBN : 979−10−348−0163−3

Références   [ + ]

1.Les plages au mois de sep­tembre, c’est le para­dis des MILF et des GILF, confir­ma­tion de ce que je soup­çonne depuis de longues années : La beau­té des femmes ne s’épanouit vrai­ment qu’une fois pas­sé le cap de la qua­ran­taine. Et si j’en fai­sais un livre ??