Ardem, Vacances de rêve

Vacances de rêve, quel meilleur titre ima­gi­ner pour une lec­ture esti­vale ? Et il est à parier que l’équipe mar­ke­ting de La Musar­dine a fait la même réflexion, quand elle a déci­dé de rebap­ti­ser cette bande des­si­née parue il y a vingt ans sous un titre net­te­ment plus sobre : Flo. Cet album inau­gure, en 1994, une série de bandes des­si­nées éro­ti­co-por­no­gra­phiques publiées par Alain Mou­nier sous le pseu­do­nyme Ardem, aux titres qui font pen­ser à un défi­lé de jeunes filles en fleurs : Céline (1995), Valé­rie (1995), Mathilde – La mau­vaise élève (1995), Jus­tine (1996 à 1997), Léa (1998) et ain­si de suite. Toutes ces bédés mettent en scène de très jeunes femmes ayant à peine fran­chi l’âge de la majo­ri­té, confron­tées à des amants rodés à une vaste gamme de pra­tiques, des amants sou­cieux de pro­fi­ter de leur savoir en la matière et de dres­ser ces jeunes femmes à des fins assez – par­ti­cu­lières.

Flo, qui vient de rater son pas­sage en fac, décide de par­tir à la Côte avec un type qui la laisse tom­ber après l” « avoir sau­tée pen­dant trois jours. » (p. 3) C’est à ce moment-là que nous ren­con­trons la jeune femme pour la pre­mière fois, en train de se deman­der ce qu’elle a pu faire pour s’attirer cette poisse et de cher­cher des moyens pour s’en sor­tir. Elle décou­vri­ra très bien­tôt que les moyens pul­lulent autour d’elle, sous la forme de mecs pleins aux as qui ne demandent rien de mieux que de déniai­ser une fille qui n’hésite pas à se mettre dans le plus simple des appa­rats dès qu’on le lui demande avec un peu de convic­tion. C’est ain­si qu’elle découvre le plai­sir sous une grande varié­té de formes, aug­men­té encore par la trans­gres­sion qu’est la pros­ti­tu­tion et par la dou­leur que deux sadiques lui admi­nistrent pour pimen­ter la der­nière nuit de ses vacances.

Un tel sujet inter­dit toute fausse pudeur, et les illus­tra­tions et les dia­logues sont expli­cites, par­fois crus, ser­vis et en même temps nuan­cés par un des­sin très sobre, presque mini­ma­liste avec ses lignes claires, qui n’hésite pas à exploi­ter des jeux de ren­ver­se­ment de pers­pec­tive pour mettre en valeur le corps de la jeune pro­ta­go­niste, un corps plan­tu­reux que le des­si­na­teur excelle à rendre avec une éco­no­mie de moyens en plein contraste avec l’abondance de la chair qu’arbore l’héroïne.

Le pro­pos d’une telle bédé n’est pas de séduire par les caprices de son intrigue, et la seule pro­fon­deur qui inté­resse les par­ties concer­nées est celle des péné­tra­tions. L’intrigue se contente de four­nir un fil rouge le long duquel l’héroïne glisse d’une expé­rience à une autre, tou­jours plus extrême que la pré­cé­dente. Sauf que le fil en ques­tion a ten­dance de la conduire au milieu d’une troupe entière de Mino­taures affa­més de chair fraîche.

Si vous êtes adepte des séduc­tions tout en dou­ceur, d’un éro­tisme qui se contente d’allusions fine­ment cise­lées et d’un désir qui pré­fère agir der­rière les cou­lisses, cette bédé n’est pas pour vous. Si, par contre, vous ne dédai­gnez pas une bonne dose de cru­di­té, qui laisse pour­tant une place cer­taine aux ima­gi­na­tions les plus délu­rées, vous salue­rez avec moi l’initiative de La Musar­dine qui conti­nue, à l’approche des vacances d’été, la ré-publi­ca­tion des titres signés « Ardem » ini­tiée en début d’année.

 

Ardem, Vacances de rêveArdem
Vacances de rêve
La Musar­dine
Col­lec­tion Dyna­mite
ISBN : 978−2−362−340−67−3

Les commentaires sont fermés.