Lec­tures esti­vales 2015 – appel à textes

Maître Golov, Envie de prendre le largeFidèle à lui-même, le San­glier se lance dans la troi­sième édi­tion de ses Lec­tures esti­vales. Après une pre­mière édi­tion, riche en décou­vertes, en 2013, il a déci­dé d’en faire une habi­tude pour redo­rer le bla­son de l’été, pour rem­plir un tant soit peu le grand vide qui se creuse, bon an mal an, avant le mois de sep­tembre et ses révé­la­tions édi­to­riales, et pour rendre ain­si l’équilibre à une année quelque peu domi­née par l’automne avec ses ren­trées mul­tiples.

Pour rem­plir, au nom du San­glier lit­té­raire, cette belle mis­sion, je me suis mis à l’affût des cata­logues, des news­let­ters et des annonces pour débus­quer les titres capables de rem­plir mon ima­gi­na­tion du chant des cigales, de l’odeur d’une plage ou d’un bois de pin sous la cha­leur esti­vale du Midi et du goût que laisse sur la peau des femmes l’eau de la bai­gnade. Quelques titres se sont déjà pris entre les filets de ma toile, issus notam­ment du cata­logue des Édi­tions Domi­nique Leroy qui ont eu la mer­veilleuse idée de célé­brer cette cin­quième sai­son avec une série de paru­tions toutes pla­cées sous le signe du soleil d’été. Mais je suis sûr que d’autres édi­teurs accueillent, eux aus­si, des titres dans leurs col­lec­tions qui pour­raient faire les délices du San­glier. Et puis, je compte tout par­ti­cu­liè­re­ment sur les auteurs auto-édi­tés pour me faire décou­vrir une nou­velle fois la richesse du réper­toire qui existe à côté des auto­routes édi­to­riales, un réper­toire qui accueille des approches dif­fé­rentes dont la valeur n’est plus à prou­ver, mais reste trop sou­vent à (re-) décou­vrir.

Si vous avez donc des titres à me pro­po­ser, vous pou­vez le faire en me lais­sant un com­men­taire ici-même, en vous ser­vant de mon for­mu­laire de contact où en essayant d’attirer mon atten­tion sur un des nom­breux réseaux sociaux où je passe mon temps à repé­rer de bons auteurs.

Pour décou­vrir les textes des édi­tions anté­rieurs de mes Lec­tures esti­vales, mer­ci de suivre les liens :

PS : Comme l’année pas­sée, j’ai choi­si, pour illus­trer cet appel à textes, le maître incon­tes­té de la vie esti­vale, Maître Golov, le nihi­liste natu­riste qui sait rendre la beau­té fémi­nine avec un coup de pin­ceau inéga­lé.