Catégorie : Éditions de Londres

  • Comte Ker­ka­dek, Mis­sis­sip­pi blues

    Comte Ker­ka­dek, Mis­sis­sip­pi blues

    Ker­ka­dek, donc. Un nom comme la foudre qui, la nuit, déchire les cieux au-des­sus du Finis­terre et appelle les âmes à la vadrouille, les arra­chant au confort d’un chez soi cozy et à l’a­mour des pro­chains pour les expo­ser à la furie des élé­ments que nul ne sait évo­quer comme ce Comte bour­lin­gueur, ori­gi­naire du…

  • Comte Ker­ka­dek, Mer­ci pour ce macchab”

    Comte Ker­ka­dek, Mer­ci pour ce macchab”

    Voi­ci enfin des nou­velles du Comte Ker­ka­dek un des auteurs qui ont le secret de faire fan­tas­mer le San­glier sur les uni­vers qu’ils savent dis­til­ler à par­tir du cock­tail chi­mique de leurs pen­sées en désordre, des uni­vers qui font miroi­ter leurs terres trem­pées de vio­lence et d’in­so­lite sous les yeux de votre ser­vi­teur qui ne demande…

  • Comte Ker­ka­dek, L’homme qui n’ai­mait pas Paris

    Comte Ker­ka­dek, L’homme qui n’ai­mait pas Paris

    Que pen­ser de ce texte ? Fran­che­ment, je me le demande… Après avoir pas­sion­né­ment sui­vi le Comte Ker­ka­dek à tra­vers les contrées d’une Amé­rique oni­rique (cf. les articles consa­crés aux deux pre­miers romans du Comte, Paci­fi­co et Atlan­ti­do), je me suis jeté sur ce troi­sième titre, édi­té lui aus­si par les Édi­tions de Londres, petite struc­ture…

  • Comte Ker­ka­dek, Atlantido

    Comte Ker­ka­dek, Atlantido

    Après la ronde infer­nale que fut Paci­fi­co, le pre­mier roman du Comte Ker­ka­dek, celui-ci en donne la suite avec un texte dont le titre, lui aus­si, apporte son hom­mage aux océans qui ont ber­cé la jeu­nesse du Comte : Atlan­ti­do. On se sou­vient de la danse macabre aux allures de mael­ström qui clôt le pre­mier volume…

  • Comte Ker­ka­dek, Pacifico

    Comte Ker­ka­dek, Pacifico

    Com­ment ça, un livre qui parle de pou­lets ? Et non seule­ment de pou­lets, mais d’une ter­rible machi­na­tion qui se ser­vi­rait de ces bêtes afin de mettre la main sur le conti­nent amé­ri­cain ? S’a­gi­rait-il d’une sorte de remake de Minus et Cor­tex qui, exi­lés par­mis la gent gal­li­na­cée, auraient trou­vé le moyen d’ac­com­plir leur pro­jet dia­bo­lique…