Anne Dézille, Les caresses

Voi­ci donc le troi­sième épi­sode du feuille­ton d’Anne Dezille, Mar­ga­ret et ses filles, dont le titre s’an­nonce aus­si doux que pro­met­teur : Les caresses.

Je me suis pro­mis, le pre­mier épi­sode à peine ter­mi­né, de faire l’ac­qui­si­tion, au fur et à mesure des paru­tions, des douze épi­sodes annon­cés de cette saga pas­sion­nante où quatre femmes racontent leurs déboires sen­ti­men­tales qui, s’ils ne rentrent pas pré­ci­sé­ment dans les normes, feront les délices des lec­teurs et – peut-être plus encore ? – des lec­trices. Entre Mar­ga­ret, la cou­gar de 55 ans, et Faus­tine, la ben­ja­mine avec ses dix-sept prin­temps, se déploie toute une faune fémi­nine où fri­gi­di­té rime avec déflo­rai­son, et où l’a­mour déses­pé­ré de l’une cor­res­pond aux dési­rs ardents de l’autre de cocu­fier son copain de façon aus­si sys­té­ma­tique que répétée.

Je n’ai pas l’in­ten­tion de me fendre d’un article chaque fois que l’é­di­teur sort un nou­vel épi­sode, mais je ne vais pas me pri­ver non plus du plai­sir de par­ler des temps forts de ce feuille­ton qui est déjà près, mine de rien, d’en­ta­mer le deuxième tiers du nombre de volumes pré­vu. Après le deuxième épi­sode, dont le mérite prin­ci­pal a été de cam­per plus soli­de­ment les per­son­nages, de les rendre plus humains [1]ou, pour le dire avec les mots de ma consœur Cho­co­lat­Can­nelle : « les per­son­nages semblent moins lisses, plus com­plexes qu’au pre­mier abord »., le troi­sième aborde, pour le plus grand plai­sir du San­glier, les péri­pé­ties éro­tiques, ima­gi­naires et autres, du qua­tuor fémi­nin. Tan­dis que Faus­tine se voit déjà, avec toute la verve de son ima­gi­na­tion d’a­do­les­cente, com­blée entre les bras de son pro­fes­seur de pia­no, et que Vanes­sa fait une ren­contre dont le poten­tiel éro­tique risque de la faire sor­tir du droit che­min de la fri­gi­di­té et du devoir, Jane et Mar­ga­ret réus­sissent des tours de force culinaires.

À lire :
Anne Dézille, Margaret et ses filles. Fin de série ?

Anne Dezille maî­trise l’art de tenir le lec­teur en haleine, et elle le mani­pule habi­le­ment grâce au jeu des pers­pec­tives, en don­nant la parole, à tour de rôle, à cha­cune de ses pro­ta­go­nistes, dévoi­lant juste assez des intrigues qui se croisent et s’embrouillent pour faire devi­ner les bas-fonds où manœuvre un équi­page qu’on ima­gine constam­ment près de fon­cer dans un ice­berg ou une île de la côte ita­lienne. Et je vous assure que, avec Anne Dezille et sa joyeuse bande, on n’est jamais à l’a­bri, même au bout de la qua­trième livrai­son, d’une sur­prise ou d’un tour inat­ten­du des évé­ne­ments. Affaire(s) à suivre !

Anne Dezille, Les Caresses

Anne Dezille
Les caresses
Les Éro­tiques by Léa
ISBN : 978−2−919071−40−1

Réfé­rences

Réfé­rences
1ou, pour le dire avec les mots de ma consœur Cho­co­lat­Can­nelle : « les per­son­nages semblent moins lisses, plus com­plexes qu’au pre­mier abord ».

Comments are closed.