Lec­tu­re numé­ri­que – le San­glier se dévoi­le

Décidément, cela commence tout doucement à devenir une habitude, et votre serviteur risque de se retrouver à poil sous les yeux de ses fidèles lecteurs. Cessez pourtant vos fols espoirs, vous ne me verrez pas revêtir le beau costume d'Adam afin de m'exposer aux regards lubriques des internautes. Il s'agit plutôt de dévoiler mes opinions en acceptant de répondre aux questions d'un interlocuteur avide de m'arracher mes secrets.

Après une première expérience il y a presque deux ans, quand je me suis retrouvé sous les coups de projecteurs d'un confrère dont la curiosité est à la hauteur du talent, Gilles Milo-Vacéri, j'ai renouvelé l'exploit à la demande de mon éditeur, Jean-François Gayrard, patron des Éditions Numériklivres, qui m'a envoyé un questionnaire pour connaître mes positions à propos d'un sujet qui n'arrête pas de faire tourner les cerveaux et d'opposer, de façon parfois farouche, deux camps qui peinent à trouver un terrain d'entente, à savoir la lecture numérique. Si, face à une demande croissante matérialisée par la marée montante des liseues et autres appareils qui permettent de lire un texte numérique, la quasi-totalité des éditeurs proposent désormais des versions numérisées de leurs productions, les maisons nativement numériques continuent à être superbement ignorées par les mandarins de la littérature. Une position devenue intenable face aux textes de qualité que ces petites structures produisent depuis des années, face aussi aux expériences prometteuses conduites par les plus courageuses d'entre elles, comme par exemple Radius, sorte de telenovela SFFF, véritable joyau de la production littéraire de chez Walrus.

Bon, ce n'est pas pour ouvrir un débat ici que j'ai décidé de mettre en ligne ce petit billet, il s'agit juste d'attirer l'attention de mes lecteurs sur un article paru aujourd'hui même sur le blog des Éditions Numériklivres, article dans lequel le Sanglier rend compte de ses habitudes de lecture numérique. Rendez-vous donc chez Jean-François Gayrard pour le Décryptage des habitudes de lecture d’un lecteur qui lit en numérique.

Les positions du Sanglier à propos de la lecture numérique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *