Pro­po­si­tions pour l’édition 2014 des Lec­tures esti­vales

Maître Golov : DEVANT LES "AMERLOCS", TOUT LE MONDE BAISSE SON FROC

On le sait, le San­glier lit­té­raire est un pas­sion­né de l’été, le groin irré­sis­ti­ble­ment atti­ré par les odeurs de sable chaud, d’eau de mer et de peaux bron­zées par­fu­mées d’huile solaire. C’est pour cela que j’ai lan­cé, l’année pas­sée, les Lec­tures esti­vales que vous avez été nom­breux à consul­ter, et je tiens à remer­cier mes lec­teurs pour tous les com­men­taires et les mails que j’ai reçus de la part des habi­tués de la Bauge. Je me suis lan­cé dans cette opé­ra­tion sans avoir son­gé à des textes ou à des auteurs en par­ti­cu­lier, et j’ai eu de très belles sur­prises ! Je dois pré­ci­ser que j’ai dégo­té une bonne par­tie des textes dans les pro­fon­deurs presque inson­dables amé­na­gées par le géant de Seat­tle à l’intention des auteurs indé­pen­dants (aka auto-édi­tés), démarche qui m’a révé­lé qu’il y a, loin de l’attention des médias, des tré­sors qui som­meillent dans cette espèce de caveau lit­té­raire, des tré­sors qui ne font qu’attendre l’aventurier assez har­di pour péné­trer dans l’obscurité et les rame­ner vers le soleil. D’autres textes m’ont été pro­po­sés par des édi­teurs sou­cieux de soi­gner leurs trou­peaux et de leur assu­rer un lopin de ver­dure fraîche dans les pâtu­rages lit­té­raires, d’autres encore ont tout sim­ple­ment été gla­nés dans les cata­logues des édi­teurs où j’ai l’habitude de me pro­me­ner de façon plus ou moins régu­lière.

Aujourd’hui, on se trouve à quelques jours à peine du sol­stice d’été et par consé­quent du début météo­ro­lo­gique de la belle sai­son, et celle-ci semble même arri­vée avec quelques lon­gueurs d’avance, à en croire le ther­mo­mètre qui a déjà fran­chi la barre des 30° même dans les terres sau­vages à l’est du Rhin où je me suis amé­na­gé une bauge bien fraîche à l’ombre de chênes cen­te­naires. Il devient donc urgent de dres­ser la liste de mes lec­tures esti­vales 2014. Si vous connais­sez, chère lec­trice, cher lec­teur, un titre digne d’entrer en lice et qui puisse satis­faire les goûts de votre ser­vi­teur (lais­sez-moi vous rap­pe­ler les notions de sable chaud, d’eau de mer et de peaux bron­zées !), si vous avez un favo­ri dont on entend trop peu par­ler, ou si vous êtes vous-même auteur d’un texte qui chante, avec en toile de fond le mur­mure des cigales, l’amour à la plage, faites-moi signe et je me ferai un plai­sir de dégus­ter les titres nomi­nés, le tout accom­pa­gné d’une bonne goutte amou­reu­se­ment siro­tée. Je pré­fère les titres récem­ment publiés et dis­po­nibles en numé­rique (idéa­le­ment dans le cata­logue d’un pure player), mais cela n’est nul­le­ment obli­ga­toire !

Cré­dit pour l’illustration : Maitre Golov.

Les commentaires sont fermés.