L’Autre Mar­ché de Noël ou : Le col­lec­tif, le Bar­bu et le Père Fouettard

Cid ErrantProd : L'Autre Marché de Noël« Noël, dites-vous ? Com­ment, c’est dans même pas dix jours ? »

Je vois, cher ami, que vous êtes de ceux qui, comme moi, se laissent trop faci­le­ment effrayer par ces com­mer­çants retar­dés qui le croient tou­jours une bonne idée (enten­dez : qui rap­porte gros) de sor­tir,  dès la ren­trée, rênes, traî­neaux et autres gros bon­hommes rouges de leurs dépôts, dans le seul but de déles­ter les bourses des clients. Du coup, on ferme les yeux pour pas­ser à côté de ce monde oua­té où la brame des bisou­nours reten­tit dans les rues débor­dantes et s’y mêle aux Petits papas Noël et autres niai­se­ries du genre.

Mais il y a un prix à payer pour s’of­frir le luxe de ne pas faire par­tie des cohortes de ces consom­ma­teurs dociles, dont une bonne par­tie se rue dans les maga­sins d’où ils sortent fau­chés, les bras sur­char­gés et les têtes encore plus vides d’illu­sions – si une telle chose est pos­sible – que l’an­née pas­sée. Oui, rien n’est gra­tuit dans cette belle vie, et nous, les contemp­teurs de consom­ma­tion, ris­quons de nous retrou­ver les mains vides en face de la chère et tendre et de la mar­maille … et je vous laisse ima­gi­ner les consé­quences d’un tel oubli (parce que je ne vou­drais pas voir rou­gir votre sang la paille de ma bauge, hein ?!). Que faire alors, et à qui se vouer entre la Sainte Consom­ma­tion, la Sainte Faillite, et le Saint Divorce ?

Si vous vous posez de telles ques­tions, c’est que vous n’a­vez pas encore enten­du par­ler de l’Autre Mar­ché de Noël qui va ouvrir ses portes ce soir, du 16 au 18 décembre, à la Gale­rie de Nesle, remise à neuf après trois jours d’une Effrac­tion mémo­rable, en octobre.

À lire :
Félicitations - Mons capitale européenne de la culture en 2015 !!

Pour plus de ren­sei­gne­ments et une liste de tous les par­ti­ci­pants, ren­dez-vous sur leur page Face­book ou sur le site du Collectif.

Ama­teurs de tous les bons goûts, unissez-vous ;-)

Vincent Bernard, par Emmanuel Donny
Vincent Ber­nard, par Emma­nuel Donny

PS – Et n’ou­bliez pas, vous ris­quez d’y tom­ber, aux côtés du Vieux Bar­bu, sur le Père Fouet­tard Lor­rain, muni de sa célèbre louche et tou­jours prêt à vous ver­ser de son non moins célèbre vin chaud !