Sacrée Natha­lie

Je néglige ma bauge depuis un cer­tain temps… Ce n’est pas parce que les sujets me vien­draient à man­quer, loin de là, mais parce que la publi­ca­tion des livrai­sons quo­ti­diennes de l’Aven­ture de Natha­lie me demande un temps fou.

En prin­cipe, le roman est ter­mi­né depuis un cer­tain temps. MAIS … Chaque matin, je relis l’ar­ticle qui va être ren­du acces­sible à par­tir de 15 heures, et je trouve tou­jours quelque chose. Par­fois, ce sont de simples fautes, d’or­tho­graphe ou de gram­maire, par­fois, et c’est là que cela se com­plique, ce sont des ques­tions de style, voire de contenu.

Je ne vais pas me plaindre, parce que c’est une façon de tra­vailler qui me convient à mer­veille. J’ai besoin d’être obli­gé pour don­ner le maxi­mum, et quand je me relis, à quelques minutes de l’é­chéance, je suis content de ce que j’ai fait. Mais je passe des heures dessus.

Et ce n’est pas tout, parce que j’ac­com­pagne chaque publi­ca­tion d’un article que je place sur les réseaux sociaux pour rap­pe­ler à mes lec­teurs qu’il y a du rab ;-)

Pour ne pas lais­ser tom­ber ma bauge en désué­tude, j’ai donc déci­dé de publier mes articles publi­ci­taires (mes amorces, si on veut) ici, dans la rubrique : « com­pa­gnons de route ». Vous les trou­ve­rez à par­tir de ce soir, et j’es­père que vous aurez du plai­sir à les parcourir.