poé­sie

Develatam Ad Deam

Dévoilée

Elle a les yeux fermés, mais le scintillement
d'un regard assouvi sur la face d'un amant
continue à briller. Du bout de ses lèvres
languissamment elle suce une mèche dorée

Que d'un goût de sperme son amant parfuma.
Enivrée par l'odeur de salive et de sang
que le dernier baiser sur son sein ramassa,
de ses mains elle caresse une étoile couchée

au creux de son nombril. Sur son ventre vibre
un dernier soubresaut du plaisir éprouvé.
Le long de ses jambes s'est mis à couler
le sang de sa fertilité.

Allongée sur des draps d'une couleur lactée
elle rêve au prochain qu'elle fera languir.

Une réflexion au sujet de « poé­sie »

  1. La poé­sie n’est pas mon dada. Et pour­tant, par­fois, très rare­ment, une fois tous les cinq ans, je me lais­se empor­ter. Voi­ci donc un tex­te qui date de 2009.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *