Plan B(RD) ou : Qui a peur de l’Aigle allemand ?

J’ex­plique : Le 13 juin 2010, il y a eu, en Bel­gique, des élec­tions. Qui n’ont pas vrai­ment per­mis à ce pays de sor­tir de l’im­passe poli­tique où l’ont conduit les mani­gances de ceux qui ne vou­draient pas entendre par­ler de soli­da­ri­té, notam­ment une bonne par­tie de la classe diri­geante des pro­vinces fla­mandes. Où l’on réclame de pou­voir « gar­der les sous au pays » au lieu de finan­cer les chô­meurs wal­lons qui se la cou­le­raient douce aux dépens des braves bour­geois de Gand et d’An­vers. Depuis ce 13 juin, donc, des négo­cia­tions, der pour­par­lers, toutes sortes de charges poli­tiques, les unes plus  éphé­mères que les autres (la der­nière en date : cla­ri­fi­ca­teur), mais tou­jours pas de gou­ver­ne­ment, tou­jours pas de com­pro­mis, tou­jours pas la moindre idée où va la Bel­gique. Tout ceci est bien lamen­table, mais … Je devrais mettre ce « mais » en majus­cule, parce que le pay­sage poli­tique de nos chers voi­sins d’outre-Meuse réserve de belles sur­prises aux ama­teurs d’his­toires insolites.

Ne voi­là-t-il pas qu’un des lea­ders du par­ti le plus impor­tant de Wal­lo­nie, à savoir les socia­listes d’E­lio di Rupo, met en avant l’i­dée de rat­ta­cher la Wal­lo­nie à … l’Al­le­magne, pays auquel il découvre de nom­breux avan­tages et qui : « pos­sède un sys­tème fédé­ral, pro­por­tion­nel, fait des coa­li­tions et entre­tient un bon sys­tème de concer­ta­tion sociale » (Le Soir, Magnette et l’Allemagne : « une boutade »).

Même pas peur : Coq wallon épiant l'arrivée de l'aigle d'outre-Rhin
Même pas peur : Coq wal­lon épiant l’ar­ri­vée de l’aigle d’outre-Rhin

Dans un pre­mier temps, on reste éba­hi, parce que, quand-même, après tout … Mais, en réflé­chis­sant, cette idée, est-elle vrai­ment si far­fe­lue que ça ? Pen­dant des siècles, la Bel­gique (ou plu­tôt, les terres qui ont été ras­sem­blées sous ce nom en 1830), a fait par­tie du Saint-Empire, et les rela­tions avec des régions qui aujourd’­hui sont « alle­mandes » ont été étroites et durables. Ensuite, côté lin­guis­tique, s’il est vrai qu’on ne parle pas la même langue, un Land de « Wal­lo­nie » serait un enri­chis­se­ment et un atout cultu­rel majeur pour la Répu­blique fédé­rale, per­met­tant à un État trop orien­té vers l’Est depuis la réuni­fi­ca­tion de retrou­ver un cer­tain équi­libre. Et il est vrai que la consti­tu­tion alle­mande per­met­trait aux nou­veaux com­pa­triotes de res­ter auto­nomes dans bien des domaines, notam­ment le sys­tème scolaire.

À lire :
Les Ardennes - impressions de vacances

On le voit bien, en tant que Rhé­nan, j’ai trop vite la nos­tal­gie de cette vieille terre du milieu qui, un temps, fut le noyau de l’Em­pire. Ces temps-là ne revien­dront pas, certes, mais il est per­mis de rêver, non ? Et j’a­voue que j’ai­me­rais beau­coup vivre dans un État qui n’est ni fran­çais, ni alle­mand, mais qui se tient au milieu, fier, pros­père et fer­tile, réunis­sant l’in­dus­trie à la civi­li­sa­tion ger­ma­no-latine, vrai cœur de l’Europe.

Une petite remarque avant de conclure : si la Wal­lo­nie devait vrai­ment rejoindre l’Al­le­magne, il fau­drait sans aucun doute don­ner un nou­veau nom à l’É­tat qui résul­te­rait d’une telle fusion. Est-ce que je daigne pro­po­ser la « Sainte-Répu­blique » ;-)

PS – BRD = RFA

One Comment

  1. Bon­soir mon cher Tom.. Je découvre ton superbe blog et le trouve fran­che­ment formidable !
    Moi qui suis belge, je suis tout sim­ple­ment bluf­fée, émer­veillée par ton inté­rêt pour la Bel­gique. Je me dés­in­té­resse de la poli­tique car je n’y crois plus… Je sup­pose que je ne suis pas la seule malheureusement !
    J’a­dore te lire et tu me donnes le goût d’en savoir davan­tage sur mon propre pays !
    Je revien­drai encore te lire, promis!!!
    Je t’embrasse et te sou­haite de vivre le meilleur ! A bientôt !

Comments are closed.