Jo Koss – ter­mi­ner l’année en beau­té

Cela fait un bail que je cours après Jo Koss, un artiste que j’ai décou­vert à tra­vers un tweet de chez BD-Adultes, le compte de la librai­rie « his­toires de cul en des­sin » où le San­glier aime se pro­me­ner et faire ses courses pour des décou­vertes telles que Rebec­ca Hap, Axel, Ardem et tant d’autres. Un endroit infré­quen­table à fré­quen­ter de toute urgence 😉

Je disais donc – Jo Koss. Jo est un des­si­na­teur qui se plaît à par­cou­rir le monde, une des vedettes de l’art éro­tique sur Tum­blr. Jusqu’à ce que les res­pon­sables de ce réseau aient pris la déci­sion de fer­mer leurs portes aux conte­nus « adultes », condam­nant par cela un grand nombre de des­si­na­teurs à repar­tir à zéro. Parce que, il faut l’avouer, un éco­sys­tème tel que celui four­ni par Tum­blr avec son micro-blo­gage, ses par­tages et ses nom­breux com­men­taires, une toile patiem­ment tis­sée à tra­vers des années labo­rieuses, cela ne se rem­place pas en un tour de main. On se rend compte de ce que cela signi­fie en tom­bant sur un site tel que XConfessions.com – un site de l’univers du por­no fémi­niste de la cinéaste sué­doise Eri­ka Lust – où Jo dis­pose d’une gale­rie bien à lui pour pré­sen­ter ses des­sins à un public friand d’un éro­tisme raf­fi­né. Voi­ci ce que l’on peut y lire :

Jo Koss is a fetish artist. Nudes, Art and Ero­ti­ca is the fas­test gro­wing body of his work. His blog has become very popu­lar in recent years with thou­sands of fol­lo­wers from which he glad­ly takes requests and sub­mis­sions, time per­mit­ting. 1)Jo Koss sur XCon­fes­sions. Voi­ci la tra­duc­tion four­nie par votre ser­vi­teur : « Jo Koss est un artiste fétiche. Dans son œuvre, les sujets en pleine expan­sion sont prin­ci­pa­le­ment le Nu, l’Art et l’Érotisme. Son blog a acquis une renom­mée cer­taine ces der­nières années, ras­sem­blant des mil­liers de fol­lo­wers dont il accepte avec plai­sir les pro­po­si­tions, dans la mesure où son temps le lui per­met. »

jokoss.net - l'accueil
jokoss.net – l’accueil

Quant à ces « mil­liers de fol­lo­wers », c’est par­ti en fumée grâce à une déci­sion dic­tée par la volon­té de se sou­mettre à une pru­de­rie de plus en plus répan­due sur la toile et notam­ment du côté des grands réseaux. Suite à son départ de chez Tum­blr, Jo a créé un site indé­pen­dant (voir ci-contre) qui aujourd’hui lui sert de vitrine et où une bonne par­tie de ses des­sins attendent déjà les pas­sants curieux et les regards lubriques. Le tout est flan­qué par une pré­sence sur Twit­ter, le der­nier réseau grand-public qui peut encore ser­vir de refuge aux artistes ayant choi­si de faire de la nudi­té et du sexe leurs matières pre­mières. Il va presque sans dire qu’on le trouve aus­si sur Devian­tArt, repaire d’artistes assi­dû­ment han­té par votre ser­vi­teur à l’affût de la beau­té et de la débauche.

Quant à ses des­sins, leur sujet est presque uni­que­ment le corps fémi­nin dans tous ces états, offert, pris, entra­vé, épa­noui, dis­po­nible dans une mul­ti­tude de posi­tions – et tou­jours au centre de toutes les atten­tions, la fel­la­tion étant sans doute un des sujets fétiches de l’artiste vu le nombre de fois que des beau­tés sont immor­ta­li­sées en train de s’offrir une – ou plu­sieurs – belles queues juteuses. Les des­sins sont par­fois en cou­leur, par­fois en noir et blanc, mais tou­jours d’une ravis­sante sim­pli­ci­té. Très peu d’ombres, très peu de reliefs, pra­ti­que­ment absence de décor – tout est conçu pour mettre en valeur le prin­ci­pal, le corps fémi­nin et le sexe, l’érotisme en action qui se reven­dique d’une por­no­gra­phie aus­si joyeuse que lumi­neuse. Et le sou­ci de mettre en lumière un acte que d’autres essaie­raient de cacher est mer­veilleu­se­ment ser­vi par la net­te­té et la pré­ci­sion des lignes qui des­sinent avec une appa­rente faci­li­té les plus déda­léens des del­tas. Des del­tas où l’on aime­rait se perdre pour de bon.

Cela fait donc un cer­tain moment que je connais Jo Koss, aler­té par les soins des com­mu­ni­ty mana­gers de BD-Adultes. Si j’ai atten­du jusqu’à aujourd’hui pour le pré­sen­ter à mes lec­teurs, c’est que c’est aujourd’hui même, tota­le­ment out of the blue, que Jo m’a offert un en-tête pour la Bauge, juste comme ça, grâce à un échange de mails :

Jo Koss, En-tête pour La Bauge Littéraire
Jo Koss, En-tête pour La Bauge Lit­té­raire

Je ne peux pas vous dire le plai­sir que je res­sens à ce geste, et j’ai aus­si­tôt déci­dé de rédi­ger en vitesse cet article afin de contri­buer dans la mesure de mes moyens à la renom­mée d’un artiste qui mérite de trou­ver le public le plus large pos­sible, aus­si en dehors d’internet. Et c’est pré­ci­sé­ment là-des­sus que Jo tra­vaille depuis un cer­tain moment en publiant des livres d’art en auto-édi­tion. La sai­son des cadeaux qui enva­hissent les salons aux pieds des sapins vient certes de se ter­mi­ner, mais je suis sûr que vous fini­rez bien par trou­ver un ama­teur d’art près de célé­brer son anni­ver­saire. Dans le cas où, ne cher­chez pas plus loin, voi­ci la librai­rie de Jo Koss chez lulu.com :

La librairie de Jo Koss sur lulu.com
La librai­rie de Jo Koss sur lulu.com

Références   [ + ]

1.Jo Koss sur XCon­fes­sions. Voi­ci la tra­duc­tion four­nie par votre ser­vi­teur : « Jo Koss est un artiste fétiche. Dans son œuvre, les sujets en pleine expan­sion sont prin­ci­pa­le­ment le Nu, l’Art et l’Érotisme. Son blog a acquis une renom­mée cer­taine ces der­nières années, ras­sem­blant des mil­liers de fol­lo­wers dont il accepte avec plai­sir les pro­po­si­tions, dans la mesure où son temps le lui per­met. »