Il y a de ces gens …

l'union fait la force

Il est vrai que la Bel­gique connaît des dif­fi­cul­tés. Les deux grandes com­mu­nau­tés lin­guis­tiques du pays ont du mal à se mettre d’ac­cord sur cer­tains points, l’argent étant pour une bonne part au cœur des débats. Un phé­no­mène que connaissent d’autres pays, notam­ment l’Al­le­magne, où le sys­tème de trans­fert de fonds à des­ti­na­tion des Län­der moins riches consti­tue une constante du débat poli­tique depuis des décen­nies. Et pour­tant, per­sonne n’au­rait l’i­dée d’en déduire que la Répu­blique Fédé­rale est près d’éclater.

Face à  la crise poli­tique chez nos voi­sins belges, lor­gnant sans doute vers les dif­fé­rences lin­guis­tiques des deux camps, une cer­taine Marine, pré­si­dente d’un par­ti popu­liste aux vel­léi­tés natio­na­listes et anti-euro­péennes, véri­table fille de son père, a eu le mau­vais goût d’é­vo­quer, une fois de plus, et jus­te­ment à l’aube de la Fête Natio­nale, l’é­cla­te­ment de la Belgique.

Appe­lant de ses vœux le rat­ta­che­ment de la Wal­lo­nie à la soi-disant mère nour­ri­cière de la civi­li­sa­tion fran­çaise, on ne peut s’empêcher de pen­ser qu’elle serait plu­tôt favo­rable à l’é­chec de la mis­sion du for­ma­teur, le socia­liste Elio di Rupo, dans l’es­poir très mal caché de voir s’en­ve­ni­mer le débat. Le maire (MDR, on voit bien les rési­dus hexa­go­naux de mon édu­ca­tion lin­guis­tique) de Mons est pour­tant en train de réunir ses par­te­naires autour de la table de dis­cus­sion et la créa­tion rapide d’un gou­ver­ne­ment de plein exer­cice est à por­tée de main. Les pro­pos absurdes de Marine ne sont qu’une rai­son de plus de lui sou­hai­ter ce suc­cès pour lequel il tra­vaille avec un achar­ne­ment exem­plaire depuis plus d’un an.

À lire :
Nadine Monfils, La vieille qui voulait tuer le bon dieu

Je vous sou­haite donc, amis Belges, une très bonne et joyeuse Fête Nationale !