Chris, Jeune fille au pair

Chris, J'étais jeune fille au pair chez un médecin anglais
La pre­mière mou­ture des aven­tures d’une jeune fille au pair publié dans la col­lec­tion Média 1000 en 1996.

Les lec­teurs de la Bauge lit­té­raire connaissent Chris depuis qu’un de ses titres, Vices au cam­ping, a fait par­tie de l’é­di­tion 2019 des Lec­tures esti­vales. Ravi de la « beau­té presque sta­tuaire » de ses per­son­nages, je me suis par la suite lais­sé séduire par plu­sieurs de ses bandes des­si­nées pro­po­sées par BD-Adultes, des titres dont je vous pré­sente aujourd’­hui celui consa­cré à un des plus beaux fan­tasmes de la deuxième moi­tié du ving­tième siècle euro­péen, celui de la fille au pair. Et comme ces filles-là sont, par défi­ni­tion, jeunes, on ima­gine les rêvas­se­ries déclen­chées par leur pré­sence au milieu d’un foyer où elles côtoient en per­ma­nence les parents de leurs charges. Rien de plus facile donc pour leur assu­rer une place dans le domaine du fan­tasme uni­ver­sel où elles joue volon­tiers le rôle de la jeune per­sonne à déniai­ser qui, une fois l’af­faire faite, se découvre des appé­tits sexuels dont la vora­ci­té n’a rien à envier à celle d’un Gar­gan­tua.

Dis­po­nible aujourd’­hui en exclu­si­vi­té numé­rique, le titre pré­cède pour­tant l’a­vè­ne­ment du règne du tout-digi­tal. Mais on le sait, et on a déjà pu le consta­ter à plu­sieurs occa­sions, La Musar­dine a l’ha­bi­tude d’of­frir plu­sieurs vies à ses publi­ca­tions, et celui consa­cré à la Jeune fille au pair ne fait pas excep­tion à la règle. Les aven­tures de la jolie fille en ques­tion, une dénom­mée Ingrid, ont vu la lumière du jour en 1996, sous le titre encore légè­re­ment plus bavard Ingrid : J’é­tais jeune fille au pair chez un méde­cin Anglais.1)Titre paru en juillet 1996 dans la série Confes­sions Éro­tiques BD, ISBN : 9782865648511. La cou­ver­ture n’a pas subi de grands chan­ge­ments depuis cette pre­mière publi­ca­tion, sauf une nette amé­lio­ra­tion de la mise en page, ce qui per­met à notre jeune fille au pair de mieux se pré­sen­ter au cha­land – on se sou­vient, les titres étaient dédiés à être ven­dus dans les gares où les gens sont pres­sés de conclure avant de rater le train – dont l’at­ten­tion peut se foca­li­ser sans par­tage au corps de la jolie per­sonne en train de se dénu­der, sans doute pour mieux se pré­pa­rer aux aven­tures dont, du haut de l’in­no­cence de ses dix-huit prin­temps, elle est loin d’i­ma­gi­ner le tour que celles-ci allaient prendre. Et l’é­di­teur a mis fin à l’illu­sion d’au­then­ti­ci­té qui consis­tait à vou­loir pré­sen­ter l’in­trigue comme du vécu – plus de « confes­sion » et plus d” « Ingrid » que le lec­teur naïf aurait pu prendre pour un genre de scé­na­riste tan­dis que Chris se serait conten­té de trans­for­mer son récit en des­sins.

Chris, Jeune fille au pair. Ingrid avant l'examination (p. 95))
Chris, Jeune fille au pair. Ingrid se pré­pare à subir une visite médi­cale assez par­ti­cu­lière (p. 95)

Ingrid débarque donc en Angle­terre, au milieu d’une famille aisée des plus clas­siques : Le mari méde­cin dans le rôle du pater fami­lias avec sa femme dévouée qui s’oc­cupe du ménage et des petits bou­lots géné­rés par un cabi­net médi­cal, un fils et une fille – qu’on oublie aus­si­tôt vu que celle-ci ne joue stric­te­ment aucun rôle dans l’in­trigue. Et même le fils dis­pa­raît presque aus­si­tôt après avoir pro­cu­ré un trouble assez pas­sa­ger à la jeune Ingrid. Les vrais pro­ta­go­nistes sont donc, au même titre qu’In­grid, le mari et la femme qui auront à cœur de prendre en charge la belle Fran­çaise qui est loin de résis­ter à leurs avances. C’est donc avec une joie très peu miti­gée qu’elle sera ini­tiée aux plai­sirs de la sou­mis­sion et de la puni­tion ain­si qu’à ceux pro­cu­rés par la langue agile d’une femme appli­quée et par la bite d’un éta­lon dans la force de l’âge. Comme quoi la devise de Chris est sans doute qu’il ne faut jamais se conten­ter d’un seul fan­tasme quand on peut les illus­trer tous.

L’in­trigue de la Jeune fille au pair n’a rien d’o­ri­gi­nal, mais la ren­contre avec Gio­van­na Casot­to nous a déjà appris que les BD éro­tiques ne se consument que très rare­ment pour leurs intrigues com­plexes et bien menées. Et pour ce qui est des des­sins, le lec­teur / spec­ta­teur peut faire confiance à Chris pour être ser­vi. Fidèle à son style, Chris fait défi­ler des per­son­nages qui, par leur sobrié­té et le des­sin en noir et blanc où la ligne moule de larges espaces lais­sés blancs, rap­pellent les sta­tues de marbre dans leur élé­gance fruste et pri­mor­diale. Un réa­lisme en toute sim­pli­ci­té au trait rapide et sou­vent som­maire qui chauffe pour­tant mieux les ima­gi­na­tions que n’im­porte quel foi­son­ne­ment de détails qui pri­ve­rait le lec­teur du plai­sir de com­plé­ter les por­traits et les ana­to­mies. On ne sau­rait assez louer le des­si­na­teur pour son style sans pré­ten­tion qui tire sa force et sa sen­sua­li­té jus­te­ment de la fru­ga­li­té des moyens employés. Et même si le sujet n’est pas car­ré­ment esti­val, j’i­ma­gine sans peine l’es­ti­vant jouir d’un spec­tacle qui se consume sans grand effort intel­lec­tuel, par­fait donc pour une jour­née pas­sée à la plage sous les rayons d’un soleil anes­thé­siant.

Chris, Jeune fille au pair

Chris
Jeune fille au pair
Dyna­mite
ISBN : 9782362343759

Références   [ + ]

1.Titre paru en juillet 1996 dans la série Confes­sions Éro­tiques BD, ISBN : 9782865648511.