ça rigole en Allemagne

Je sais, chers amis fran­co­phones, les Alle­mands et l’hu­mour, ça passe mal. On a encore tenu à me le rap­pe­ler il y a quelques jours seule­ment – et quand-même, par­fois même les plus endur­cis doivent admettre que les lèvres des indi­gènes d’outre-Rhin ne sont pas sou­dées dans un éter­nel ren­fro­gne­ment d’un lugubre sérieux. Une petite illus­tra­tion s’impose.

Tout d’a­bord, je vous rap­pelle en vitesse que la diète fédé­rale vient de voter une loi – très contro­ver­sée – sur l’éner­gie ato­mique qui per­met­tra à l’in­dus­trie de faire fonc­tion­ner les cen­trales nucléaires pen­dant une bonne dizaine d’an­nées supplémentaires.

Existe dans la nature aussi : une belle zone humide
Existe dans la nature aus­si : une belle zone humide (Jan van der Crab­ben, CC BY-SA 2.0)

Ensuite : Est-ce que vous avez jamais enten­du par­ler de Char­lotte Roche ? Mal­gré un nom dont les sono­ri­tés ne sont pas sans rap­pe­ler le doux par­ler de l’Île-de-France, elle est née de l’autre côté de la Manche. Ce sont donc les ver­doyantes col­lines de l’An­gle­terre aus­trale qui ont été les témoins de sa jeune enfance, qu’elle a pour­tant dû quit­ter à l’âge de cinq ans pour suivre ses parents qui ont choi­si, pour s’y ins­tal­ler, la région du Bas-Rhin (pas le dépar­te­ment fran­çais, voyons, mais bien une par­tie d’Al­le­magne, à une cin­quan­taine de kilo­mètres au nord de Cologne). La petite Char­lotte, deve­nue grande, a assez fait par­ler d’elle en publiant un livre assez liber­tin sous le titre de « Zones humides ». Si je vous laisse à réflé­chir tout seul – comme des grands – aux conno­ta­tions que peut avoir un tel titre, je vou­drais quand-même atti­rer votre atten­tion sur un fait divers qui fait la joie des jour­naux depuis hier. Et c’est par ce petit détour que vous allez com­prendre l’his­toire d’éner­gie ato­mique (cf. supra). Et bien, si la loi en ques­tion a bien été votée, il manque encore la signa­ture du Pré­sident de la Fédé­ra­tion pour la rendre appli­cable. Et la dite Char­lotte vient de pro­po­ser à celui-ci une nuit tor­ride pas­sée en sa com­pa­gnie s’il renonce à signer la loi en ques­tion. Je ne sais pas com­ment vous abor­de­riez la ques­tion, vous autres mâles de France, de Bel­gique et d’ailleurs, mais moi, si j’é­tais Pré­sident, c’est main­te­nant que je com­men­ce­rais à sérieu­se­ment consi­dé­rer un petit acte d’incivisme ;-)