Jus­te une vigne sau­va­ge

impression d'automne : la vigne sauvage

Je viens de des­cen­dre du tram que je prends quo­ti­dien­ne­ment pour ren­trer du tra­vail. Le ciel, cou­vert enco­re ce matin, s’est peu à peu déga­gé pen­dant l’après-midi, et depuis quel­ques heu­res, on jouit d’une mer­veilleu­se météo d’automne. J’ai pres­que été ebloui par les reflets des rayons de soleil sur les feuilles de la vigne sau­va­ge qui com­men­cent à pren­dre des cou­leurs.

Enco­re heu­reux que j’ai eu mon por­ta­ble sur moi 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Proudly powered by WordPress | Theme: Baskerville 2 by Anders Noren.

Up ↑

La Bauge littéraire utilise des cookies. Cliquez ici pour en apprendre davantage