Un nou­veau look pour la Bau­ge lit­té­rai­re

Cer­tains l’auront déjà remar­qué, la Bau­ge lit­té­rai­re se pré­sen­te, depuis ce week-end, avec un nou­veau look. La déci­sion d’appliquer ce chan­ge­ment n’a pas été faci­le, par­ce que c’est un chan­ge­ment qui se pré­pa­re, pen­dant des semai­nes, der­riè­re les cou­lis­ses, et qui deman­de de tra­vailler sur des arti­cles depuis long­temps publiés. Un chan­ge­ment, mal­gré tout cela, néces­sai­re, sur­tout à cau­se du cri de bataille des géants du web et des pro­fes­sion­nels du SEO : « Mobi­le first ! ». Par­ce que je viens de me ren­dre comp­te (on aura com­pris que je pri­vi­lé­gie tou­jours mon bon vieil ordi­na­teur de bureau) que Twen­ty Thir­teen, mon beau vieux thè­me Word­Press, sor­ti il y a de cela qua­tre ans, éli­mi­ne les en-têtes quand on vision­ne le site sur un appa­reil mobi­le. Et quand on sait l’importance que j’accorde à ces en-têtes, des des­sins qui font par­tie inté­gran­te du site, on com­prend l’intérêt d’y remé­dier au plus vite. J’ai donc pas­sé des semai­nes à choi­sir un nou­veau thè­me qui a) me per­met de conser­ver les en-têtes com­man­dées sur mesu­re pour le thè­me Twen­ty Thir­teen et qui b) rend l’esprit de la Bau­ge.

Et je peux affir­mer aujourd’hui que ce n’est pas faci­le, de tels thè­mes ne cou­rant pas les rues… Mon dévo­lu est fina­le­ment tom­bé sur Bas­ker­vil­le 2, thè­me déve­lop­pé par Anders Norén, un web-desi­gner de Stock­holm.

Baskerville 2, thème WordPress par Anders Norén
Bas­ker­vil­le 2, thè­me Word­Press par Anders Norén

J’ai pu conser­ver pra­ti­que­ment tels quels mes en-têtes (il a fal­lu cou­per un tout petit peu à droi­te ou à gau­che), et la plu­part de mes exten­sions se sont révé­lées com­pa­ti­bles. Mais atten­tion, cela a été le par­cours du com­bat­tant pour trou­ver cel­le qui, fina­le­ment, ne l’était pas…

L’installation d’un nou­veau thè­me m’a ame­né à repen­ser la pré­sen­ta­tion du site et les moyens de navi­ga­tion. Éta­pe sans dou­te la plus impor­tan­te, j’ai pla­cé les arti­cles sur la page d’accueil, cel­le qui s’affiche quand vous indi­quez à votre navi­ga­teur de se ren­dre sur baugelitt.eu. L’ancienne page de départ, cel­le où j’essayais d’expliquer à quoi ser­vait la Bau­ge lit­té­rai­re, a été rebap­ti­sée Mis­sion sta­te­ment et se trou­ve main­te­nant dans la sec­tion À pro­pos du San­glier. Autre éta­pe vers une navi­ga­tion plus faci­le, j’ai éla­gué le menu en enle­vant les entrées per­met­tant de clas­ser les arti­cles selon les édi­teurs et les gen­res. De tou­te façon, per­son­ne ne les uti­li­sant jamais, la déci­sion de s’en sépa­rer a donc été plu­tôt faci­le.

Tout cela n’a pas été sans effort, et il a fal­lu, par exem­ple, insé­rer une « ima­ge à la une » dans tous les arti­cles afin de per­met­tre à Bas­ker­vil­le d’afficher sa bel­le mosaï­que dyna­mi­que qui rem­pla­ce l’ancienne, quel­que peu ennuyeu­se avec sa trop gran­de régu­la­ri­té. Autre chan­ge­ment de taille, j’ai dû sup­pri­mer l’extension des­ti­née à une indi­ca­tion stan­dar­di­sée des don­nées biblio­gra­phi­ques et au clas­se­ment des tex­tes (les étoi­les qui s’affichaient en bas de l’article et qui appa­rais­saient dans les résul­tats Goo­gle). Cela veut dire que je dois, au fur et à mesu­re, édi­ter cha­que arti­cle pour indi­quer le numé­ro ISBN et tout le tra­la­la afin de per­met­tre à cha­cun de retrou­ver le tex­te dans n’importe quel­le librai­rie. Si vous tom­biez sur un arti­cle dépour­vu de ces indi­ca­tions, mer­ci de me le signa­ler. Mais com­me je n’ai jamais vrai­ment aimé l’idée de dis­tri­buer des notes aux tex­tes lit­té­rai­res, cet­te per­te-là n’en est fina­le­ment pas vrai­ment une.

Voi­ci donc le nou­veau look de la Bau­ge lit­té­rai­re, une pré­sen­ta­tion plus sobre et en même temps, je l’espère, un ensem­ble plus fonc­tion­nel pour mieux exploi­ter les réflexions qui s’y sont accu­mu­lées au cours des années.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Proudly powered by WordPress | Theme: Baskerville 2 by Anders Noren.

Up ↑

La Bauge littéraire utilise des cookies. Cliquez ici pour en apprendre davantage