Archives pour la catégorie La Bour­don­naye

Kyrahn Ka, Un étran­ge amant

Tout commence, dans cette nouvelle de Kyrahn Ka, par un épisode estival des plus classiques, une partie de bronzette sur la plage publique de Juan-les-Pins, une minette qui mate un bel étalon avancer sur le sable et s'enfoncer dans la flotte, qui trouve le stratagème pour le faire tomber dans ses filets et puis - c'est le réveil brutal à l'instant même où le cinéma commençait à tourner. Me voilà bien mal servi, moi qui me léchais déjà les babines. Mais bon, il y a quand même la légère consolation de ne pas être seul dans la misère et de la partager avec la jeune dame en question qui, elle, est encore plus mal partie que moi vu que c'est elle qui couchait avec l'étalon en question.

Mais tout ça est loin, et voici la donzelle, Angélique de son petit nom, qui s'embarque dans un trip de quatre jours de montagne, histoire de retrouver la forme après une histoire pas très nette de cheville cassée. Et comme c'est une grande sportive et que les défis à la portée de tout le monde ne la branchent pas, elle se lance en même temps dans une période de jeûne. Après, il ne faut pas s'étonner des conséquences, hein, parce qu'un grand effort après une période de repos forcé, c'est déjà pas mal, mais se priver d'énergie avec ça ? Elle l'aura cherché.

Vous comprenez, chers baugeonautes, qu'il doit se produire quelque chose d'assez insolite pendant sa randonnée à travers la montagne du Cheiron qui fait partie, pour ceux d'entre vous qui seraient aussi ignares que moi, des Préalpes de Castellane, quelque part dans les Alpes-Maritimes. Petite remarque : vu la suite des affaires et les aventures que notre héroïne s'apprête à vivre sous sa tente, on aurait mieux aimé voir l'action se dérouler quelque part près de la capitale des Gaules dont le département arbore avec une telle fierté un chiffre cher à notre Serge national...

Quoi qu'il en soit, Angélique s'enfonce vaillamment dans la nature, tout à fait ignorante de ce qu'elle va vivre la nuit dans les bras d'un inconnu qui, en plus, possède l'inestimable avantage de se servir de sa langue, non point pour nous casser les oreilles, mais pour faire plaisir à le gent fémine ! Il y en a à coup sûr parmi nos lecteurs qui qualifieraient les escapades d'Angélique en flagrant désaccord avec le caractère indiqué par son prénom, mais cela n'empêche pas notre héroïne de s'envoyer, en passant, au paradis.

Il faut croire que notre époque a un faible pour les êtres peuplant les contrées sises quelque part enre vie et trépas. C'est au moins l'idée qu'inspirent les légions de vampires et autres non-morts qui squattent les pages des livres que dévorent par volumens entiers nos jeunes et moins jeunes, ou encore les créatures maudites qui se produisent sur les écrans, grands aussi bien que petits, et dont le plus grand exploit est sans doute de donner le frisson (plutôt grand que petit, celui-ci) à une jeunesse en quête d'émotions fortes. Mais qu'on puisse en croiser dans l'air pur de notre montagne qui n'a strictement rien de ces Carpathes lugubres qui font si mauvaise figure dans les romans du XIXe ? C'est pourtant ce qui arrive, et on peut constater que le mâle en question qui s'attaque la nuit à notre belle randonneuse au gazon bien tondu, s'il ne s'intéresse que très peu au sang pourtant si riche en fer qui coule dans les veines de la douce, il n'en va pas de même des autres liquides qu'elle a à lui proposer... Est-ce qu'il faut encore s'étonner du fait que la belle se lève chaque matin dans un de ces états ?

Bon, je ne vais pas vous révéler ni la suite ni la conclusion de cette histoire, mais je ne peux terminer cet article sans une petite remarque à propos du style qui, de simplement ampoulé ("Après avoir honoré son phallus triomphant...") passe avec une vitesse légèrement écoeurante à carrément inadmissible ("Au bord de l’agonie, elle n’en pouvait plus de le désirer, elle lança une main en quête de sa puissance. "). Mais, et ça aussi, il faut le souligner, on trouve aussi, dans ce petit texte, des passages tout ce qu'il y a de plus insolites, des passages qui ont eu le mérite de dessiner un sourire (à moins que ce soit un rictus ?) sur le groin de votre serviteur dont vous connaissez pourtant, à force de le lire, le caractère blasé. Comme celui-ci, par exemple, où Angélique et son mystérieux amant se disputent la queue de celui-ci :

"... car Angélique se battait comme une furie pour que son agresseur sensuel s’empare de ses profondeurs et qu’il la possède enfin. Elle le prit d’ailleurs de court, lorsque d’un geste rapide elle s’empara de son membre puissant et le força en elle. Pour empêcher sa fuite, elle captura des deux mains les fesses rebondies de l’homme et l’obligea à plonger dans ses méandres féminins."

Ses "méandres féminins" - et ben, cela ne vous laisse-t-il pas bouche bée ?

Une remarque encore, et ça y est : moi qui cherche, dans mes Lectures estivales, les escapades, je dois quand même avouer qu'il y a des phrases, dans ce texte, qui sentent si bon l'air de montagne, et les échappées vers le bleu lointain de la Méditerranée peuvent presque me raccommoder avec celles, stylistiques, de l'auteure.

Kyrahn Ka, Un étrange amantKyrahn Ka
Un étrange amant
La Bourdonnaye
ISBN : 978-2-824-20489-5

Lec­tu­res esti­va­les : La lis­te est bou­clée

Merci à toutes celles et à tous ceux qui ont répondu à mon appel aux textes pour étoffer les Lectures estivales du Sanglier ! La liste est désormais bouclée, et j'ai hâte de découvrir les titres, dont certains vont sortir dans les semaines à venir. Voici la liste des entrées, dans l'ordre alphabétique, accompagnées de leur quatrième de couverture pour réveiller votre voracité littéraire. Une chose est sûre : L'été sera chaud !

Ardem, Vacances de rêveArdem, Vacances de rêve
Se retrouver sur la côte d’Azur sans un sou en poche, plaquée par un amant qui vous laisse la note d’hôtel en guise de cadeau d’adieu n’a rien de joyeux. C’est ce qui est arrivé à la pulpeuse Flo, étudiante de 18 ans. Elle commence par vendre des glaces mais découvre vite que pour rembourser ses dettes, il vaut mieux utiliser ses charmes auprès de messieurs aussi pervers que généreux.
Découvrez les aventures, pas toujours très morales, de Flo, qui n’a pas froid aux yeux, superbe et impudique, sous le trait clair et efficace d’Ardem.
Michel Bazin, Initiation d'une jeune vacanciereMichel Bazin, Initiation d’une jeune vacancière
Jeune pucelle, n’ayant jusque-là joué qu’au doigt mouillé, Claire va découvrir au cours de ses vacances que les choses du sexe ne sont pas aussi simples qu’elle le croyait. Jouant les voyeuses, elle épie avec une curiosité de plus en plus perverse les ébats amoureux de son oncle et sa tante. Et ils en font, des galipettes, tonton et tata ! A lui remuer le sang et lui faire passer des nuits blanches... qui ne tarderont pas à devenir roses quand ses éducateurs sexuels bénévoles se décideront à lui expliquer que si la plus belle fille du monde ne peut donner que ce qu’elle a... il y a mille façons plus agréables les unes que les autres de le faire. Et contrairement à ce qu’on raconte, plus c’est « gênant », plus c’est agréable. En outre, comme on peut mettre les petits plats dans les grands, quand il y en a pour deux, il suffit de se serrer pour qu’il y en ait pour trois. Et pas question de se mettre la ceinture... de sécurité ! Il faut oser, encore oser, toujours oser... Voici donc un récit d’initiation très « osé ».
Sarah-Maude Beauchesne, Summer forksSarah-Maude Beauchesne, Summer forks
La grande ville, Montréal de nuit, de jour, en vélo ou en voiture, ou en camping dans les jardins publics. Les rencontres, les chambres... Alors qu’est-ce que c’est, cette chose-langue ? Évidemment qu’on ne sait pas. Ça fait mine de parler comme on parle entre nous quand on a 20 ou 25 ans et qu’on vit à Montréal. Ça parle d’affaires de coeur, ça parle de fringues et de maquillage, des musiques qu’on écoute et des bars qu’on fréquente. Surtout, ça parle de sexe, beaucoup de sexe. Mais ce n’est pas qu’un thème : c’est que l’écriture procède du corps, de la sensation, de feelings chaque fois plus forts et plus sourds que les mots, et qui par là même bousculent la parole.
Miriam Blaylock, Denis, Venise for everMiriam Blaylock, Denis, Venise for ever
Suite à une invitation (ou un ordre auquel elle ne peut qu'obéir)), la Signorina Renard atterrit à Venise pour un court séjour qui lui cause beaucoup d'appréhensions. Non sans raison. À son arrivée, elle est prise en charge, conduite en des lieux inconnus et cruellement malmenée. Les épreuves s'enchaînent, avec pour toile de fond la romantique, mais si sombre Venise, ses fêtes libidineuses et ses ruelles coupe-gorge où traînent de potentiels violeurs.
Au terme de ce cauchemar, Venise paraîtra-t-elle enfin sous un jour lumineux ?
Nicolas Cartelet, TarentulaNicolas Cartelet, Tarentula (Time-Trotters, #1)
Proxénètes, tueurs de chiens, délateurs, tremblez ! Tarentula vient pour vous. Votre tête, rentrez-la dans vos épaules : elle, son sabre et sa folie vous poursuivront jusqu’aux confins de l’espace et du temps. À moins que l’inspecteur Godillot et l’agent Ralph Spieler, respectivement incompétent notoire et espion de renom, ne l’arrêtent avant la fin. À moins que toute cette histoire ne se termine mal, comme c’est souvent le cas lorsqu’une bande de détraqués aussi loufoques qu’imprévisibles se prend les pieds dans le tapis du temps.

Tarentula, premier épisode de la série Time-Trotters, place le lecteur sur les traces de Dorothée, ancienne actrice X reconvertie dans le catch féminin, entraînée dans une folle course temporelle... une course à la vengeance et au sang, pour un mariage savoureux entre Kill Bill, Xéna la Guerrière et Terry Pratchett !
Collectif, Osez 20 histoires de sexe torrideCollectif, Osez 20 histoires de sexe torride
Osez 20 histoires, la collection de nouvelles érotiques de la Musardine, vous propose ce nouveau recueil placé sous le signe du soleil, du sable brûlant, des corps huilés, du sea sex & sun, bref : de l’été !
Un livre à glisser dans votre sac de plage entre la serviette de bain et la crème solaire (ou dans votre sac de rando entre le réchaud à gaz et les chaussettes de rechange, ne soyons pas sectaires).
En partenariat avec Dorcelle et Terrafemina.
Jean-Baptiste Ferrero, Sea, Secte and sunJean-Baptiste Ferrero : Sea, Secta and Sun
Thomas Fiera n’est pas un enfant de chœur et il préfère le Bourgogne au vin de messe. Aussi quand une grande entreprise du domaine de l’Énergie fait appel à ses services pour démasquer une secte qui tente d’infiltrer son organisation, Thomas se fait un plaisir d’aller botter le cul des adeptes du Maître, un genre de gourou eczémateux qui prône la pureté dans l’abjection. Mais ces affreux sectaires sont coriaces et Fiera va devoir monopoliser toute son équipe pour en venir à bout. Il va y récolter plaies et bosses et devra se résigner à ne trouver aucun réconfort auprès de deux belles espionnes qui ne lui veulent pas que du bien. Sea, secte and sun, ce n’est pas la vie de château !
Kyrahn Ka, Un étrange amantKyrahn Ka, Un étrange amant
Angélique a connu le grand amour alors qu’elle avait 19 ans. C’était l’été, les vacances, le ciel affichait le même azur que les yeux de cet homme qui avait fait chavirer son cœur, et plus rien d’autre n’avait d’importance. La jeune fille croyait au prince charmant. Mais le prince était déjà marié, père de deux enfants et devait partir retrouver sa famille dans son beau pays nordique.

Ainsi le conte de fées – l’union du soleil et de la glace – n’avait-t-il duré qu’un bref instant. Cet instant, pour Angélique, a pris les allures d’une éternité. Presque dix ans plus tard, elle n’oublie pas. Elle n’oublie rien. Elle se souvient, comme si c’était hier, que son prince et lui seul a su révéler ses désirs, éveiller son corps, combler ses attentes impatientes, faire d’elle une femme. Elle se souvient que son prince et lui seul a su l’initier aux voluptés de la chair et qu’avec sa virginité il a aussi cueilli son âme.

Aujourd’hui, Angélique, du haut de ses 28 ans, parce qu’elle n’a toujours pas tourné la page, se croit perdue à jamais pour les sentiments, pour les hommes, pour les plaisirs érotiques. Cependant, au cours d’une randonnée dans ses chères montagnes qui surplombent la Méditerranée, elle rencontre un promeneur mystérieux qui ressemble à s’y méprendre à son prince du passé. Mais lorsqu’elle lui parle, il ne répond pas et semble même ne pas la voir. Qui est-il ? Pourquoi la jeune femme se met-elle à rêver de lui toutes les nuits en imaginant entre eux des ébats torrides et fusionnels ? Serait-il possible qu’Angélique reprenne enfin goût à l’amour dans les bras de cet étrange amant ?
Isabelle Lorédan, Les noces de la Saint-JeanIsabelle Lorédan, Les noces de la Saint-Jean
Allongée sur l'autel de la petite chapelle à peine éclairée par la lueur des cierges, Aliette retient son souffle, tandis que l'assemblée prie dans un silence absolu. Quelques minutes plus tôt, Sire Geoffroy lui a fait ôter la magnifique robe de velours rouge qu'il lui a offerte pour la cérémonie, et, à présent, il la contemple, un sourire bienveillant sur les lèvres. Quand, enfin, il saisit une coupelle d'argent qu'il élève au-dessus d'elle, elle sent un long frisson parcourir tout son corps. Mais si elle frissonne, ce n'est ni de peur, ni de froid, malgré le contact glacial de la pierre contre sa peau nue. C'est de désir. Car il le lui a promis : la nuit de la Saint-Jean sera celle de sa renaissance...
Gilles Milo-Vacéri, Lisbeth-la-RougeGilles Milo-Vacéri, Lisbeth-la-Rouge
Marie-Élisabeth Plessis de Forge est une jeune fille aux mœurs peu conventionnelles pour l'époque dans laquelle elle vit. Courageuse, intrépide même, elle a navigué à nombreuses reprises avec feu son père. La mer est son élément. À ses qualités de navigatrice s'associent sa dextérité peu commune à l'arme blanche et un penchant très prononcé pour les hommes.
Aventures dans les mers du Sud, poursuites, combats... Lisbeth-la-Rouge est un roman haut en couleur. Son personnage principal au caractère trempé séduira par son impétuosité, mais aussi pour sa sensibilité. Tout en étant flibustière puis corsaire, Lisbeth n'en est pas moins femme.
Connaîtra-t-elle la paix en son coeur au terme de ses aventures ?
Gilles Milo-Vacéri, Petits plaisirs entre femmesGilles Milo-Vacéri, Petits plaisirs entre femmes
Andalousie, 1492. Lorsque Maria rencontre sa nouvelle servante, elle est immédiatement troublée par sa beauté. Curieuse d’en savoir plus sur cette belle brune aux yeux émeraude, elle l’assigne à sa toilette. Mais dans la moiteur de la salle de bains, les mains habiles de Dayana effleurent des zones inconnues, éveillant en elle de délicieuses sensations… Et Maria se prend à songer à des plaisirs interdits…
Alex Nicol, le sonneur noir du bagad QuimperAlex Nicol, Le sonneur noir du bagad Quimper
Dans les eaux des Glénan flotte un noyé, dépourvu de toute identification hormis un morceau de papier sur lequel le nom de Gwenn Rosmadec a été griffonné. Pourtant, ce dernier ne le connaît pas. Cependant, sa ressemblance avec un sonneur du bagad de Quimper est si frappante que notre écrivain public – et Sherlock Holmes à ses heures – décide de démêler les fils d’une affaire qui s’annonce pour le moins complexe. Pourquoi cet homme cherchait-il à le rencontrer ? La réponse, Gwenn et Soazic vont devoir la chercher sur l’île de Mayotte. Et là-bas, au cœur des Comores, ils iront de découvertes en surprises au sein d’un environnement tropical luxuriant, peuplé de personnages tour à tour truculents ou sordides. Au-delà d’une histoire pleine de suspense et de rebondissements, Alex Nicol nous donne l’occasion de découvrir cette île française de l’Océan indien souvent méconnue, et de retrouver notre duo de choc dans de nouvelles aventures.
Julie-Anne de Sée, Amuse-bouche et autres historiettes croustillantesJulie-Anne de Sée : Amuse-Bouche et autres historiettes croustillantes
Jusqu’où les caprices de son guide en érotisme vont-ils mener Julie-Anne ? Passionnément éprise de cet amant auquel elle semble se plier, elle fait elle-même le récit des aventures voluptueuses qu’elle multiplie pour tenter de s’en détacher, au risque de se perdre. Ses historiettes, qui peuvent être lues indépendamment au gré du hasard ou des envies, s’enchaînent néanmoins dans la narration de cette liaison singulière où se mêlent les émois de son coeur et de sa chair, les joies sensuelles éprouvées avec Lui, un autre… ou une autre. Maîtresse fantasmée que tout homme rêve de posséder, saura-t-elle devenir une femme qui soumet, se soumet ou décide en toute liberté ?
Claude Soloy, L'Estran d'EllaClaude Soloy, L’estran d’Ella
Comme si le désir du passage à l’acte n’était que l’assassinat programmé de soi ! Arpentant le plancher des algues, le tueur s’est donné pour projet d’éliminer certaines femmes associées à une couleur. Voici Manon la Verte, princesse des joncs et des reinettes, la Putachatte du canal qui course les chevreuils et que les chacals broutent ; voici la Noire, la Putachiasse gonflée de sucre et ointe de chocolat jusqu’à l’intime ; ainsi Ella, la Putacape rouge, des cuisses à la perruque… « Il », le tueur, avec la complicité de sa mère trompée par un époux indélicat, langue longue dégainée, ne dégomme jamais la couleur ; il en ranime la flamme jusqu’à perdre l’âme dans cet arc en ciel dédié aux gens qui s’aiment ou qui sont en quête de reconnaissance, c’est à dire au genre parfois inhumain.