Archives pour la catégorie Lec­tu­res esti­va­les 2017

Lec­tu­res esti­va­les 2017 – appel à tex­tes

Je viens de lire quelque part que les semaines noires de janvier et de février, avec leur lot de pluies verglaçantes, de bruine et de chutes de neige aussitôt tournées en boue, sont propices aux rêves de dépaysement qui sentent si bon le lait solaire et font remonter le souvenir de l'eau de mer et des plages. Cela me semble judicieux, à en juger d'après mes propres expériences et les projets que je viens de boucler pour l'été. Quoi qu'il en soit pour vous, mes chers lecteurs, pour le Sanglier littéraire, ce début d'année plongé dans le noir  est aussi et surtout l'époque de l'appel à textes pour l'édition 2017 des Lectures estivales. Et quel meilleur moyen pour doucement préparer le départ vers les terres trempées de soleil que de fignoler une petite liste de lecture avec des textes aussi chauds que torrides ?

Pour la cinquième fois consécutive, j'invite dans ma Bauge des auteurs de textes érotiques (voire pornographiques, dans la mesure où on veut encore y voir une différence) - édités sous quelque forme que ce soit, des maisons les plus prestigieuses jusqu'à l'auto-édité - afin de faire rimer la chaleur des corps avec celle du soleil. La seule condition étant, les aficionados le savent, que le texte ait un rapport avec les vacances - de préférence en bord de mer - illustration du grand dépaysement, de la mise entre parenthèses du quotidien, de l'éclosion d'une liberté trop souvent réprimée. Et quelle meilleure expression pour cette liberté que celle qui se moque des conventions, faisant appel aux pulsions ivres de s'exprimer au grand jour, sous un soleil qui brûle jusqu'à la moindre réticence ? Franchement, chers lecteurs, je bave rien qu'à penser à la chair qui s'étale sur le sable chauffé à blanc, aux corps à peine vêtus qui trempent dans l'eau, à l'odeur du lait solaire qui se dégage des peaux bronzées, au goût du sel qu'on ramasse en léchant jusqu'aux moindres replis des sexes qui se trempent et se dressent…

Bon, je pense que vous avez maintenant assez d'indices pour vous faire une idée de ce qu'il me faut. Et puis, ne l'oublions pas, c'est le premier petit anniversaire de mes Lectures estivales, imaginées en 2013 quand, faute d'argent, j'en étais réduit à faire appel à ma seule imagination pour entendre le bruissement des vagues et pour contempler les rayons de soleil se briser dans les gouttes d'eau sur les corps en train de sécher sur leurs serviettes.

Les Lectures estivales 2017 se placent sous le signe de Golov, Nihiliste naturiste et grand-maître du crayon.
Les Lectures estivales 2017 se placent sous le signe de Golov, Nihiliste naturiste et grand-maître du crayon.

Comme chaque fois depuis maintenant cinq ans, les Lectures estivales se placent sous la protection graphique de Golov, Nihiliste naturiste doublé d'un illustrateur hors pair qui entonne le plain-chant du littoral du Roussillon et dont le crayon sait rendre, avec une apparente légèreté, la beauté féminine telle qu'elle s'étale sous le soleil méditerranéen. Au point qu'il faut croire que, sous la main de Golov, le crayon prend des allures de baguette et que le monde retrouve, pour quelques instants, une sorte de beauté primitive, où la plus haute aspiration serait celle de lécher un sexe bien juteux et de faire sombrer le partenaire dans un gouffre orgasmique. À moins, évidemment, de le faire grimper aux rideaux 😉

Alors, pour me faire parvenir vos propositions, le plus facile est de remplir le formulaire ci-dessous. À moins que vous préfériez me faire un petit coucou sur les réseaux sociaux (via @tomppa_28 sur Twitter ou sur la page du Sanglier littéraire sur Facebook). Et merci d'avance, de la part du Sanglier et de celle de la belle Baigneuse, pour le temps consacré aux Lectures estivales - que j'espère radieuses !

Pour explorer les éditions antérieures des Lectures estivales, c'est par ici : Les Lectures estivales du Sanglier.